Voyage à Yoshino

Affiche Voyage à Yoshino
Réalisé par Naomi Kawase
Titre original Vision
Pays de production Japon, France
Année 2018
Durée
Musique Makoto Ozone
Genre Drame
Distributeur Filmcoopi
Acteurs Juliette Binoche, Mari Natsuki, Min Tanaka, Masatoshi Nagase, Takanori Iwata, Mirai Moriyama
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
Bande annonce

Critique

Jeanne, fameuse auteure de guides de voyage, parcourt une forêt ancestrale du Japon à la recherche de la «Vision», une herbe médicinale capable de guérir tous les maux de la condition humaine.

Lors de cette quête, éminemment motivée par des traumas personnels, elle va croiser un bûcheron ermite, une chamane, le présent, le passé, la réalité et les rêves.

Les films de Naomi Kawase pourraient se distinguer en deux catégories. Une première où elle offre une vision animiste d’un Japon traditionnel et rural (La Forêt de Mogari, Still The Water) et une seconde où elle dépeint de délicats portraits avec une touche poétique (Les Délices de Tokyo, Vers la lumière). À l’occasion de ce Voyage, elle tente de concilier ces deux marques de fabrique.

Difficile de ne pas résister à la somptueuse photographie des plans littéralement imprégnés par la magie et la beauté de cette forêt ancestrale. Tel Terrence Malick, la réalisatrice a cette faculté à filmer l’enchantement qui émane des décors naturels, ce qui donne à ses films une beauté singulière quasi mystique. Mais tout comme les dernières œuvres du réalisateur texan, on frise parfois le ridicule, tant le récit devient abscons, mixant souvenirs et émotions au sein de cette forêt enchanteresse. Ce Voyage s’adresse donc plutôt à un public ouvert à la contemplation et aux divagations de son auteure. De plus, la présence surprenante de Juliette Binoche au milieu de ce casting japonais interroge: on soupçonne plutôt un habile procédé de la part des producteurs afin de glaner des fonds européens. Malgré ces quelques réserves, la balance penche quand même vers le positif à l’heure du bilan. Il est difficile de ne pas résister à ces visions oniriques de cette forêt qui rougit quitte à se sentir largué par la tournure mystico-fantasmatique que prend le film. Finalement, on retombe sur nos pattes, notamment grâce à Tomo, personnage tout en nuance interprété Masatoshi Nagase.


Blaise Petitpierre

Appréciations

Nom Notes
Blaise Petitpierre 12
Georges Blanc 12
Nadia Roch 5
Antoine Rochat 11