Normandie nue

Affiche Normandie nue
Réalisé par Philippe Le Guay
Pays de production France
Année 2017
Durée
Genre Drame, Comédie
Distributeur Filmcoopi
Acteurs François Cluzet, Arthur Dupont, François-Xavier Demaison, Toby Jones, Grégory Gadebois
Age légal 10 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 782
Bande annonce

Critique

François Cluzet apporte sa coutumière énergie dans le rôle du maire d’un petit village de Normandie qui lutte avec ses concitoyens contre le désespoir du monde paysan. Lors du passage dans sa région d’un photographe américain dont le concept est de déshabiller ses sujets dans des décors naturels, il a l’idée de créer le buzz médiatique qui pourra peut-être, mieux que toutes les grèves, tous les discours, toutes les manifs, faire entendre leurs voix. Il propose donc à tous ses administrés de se mettre nus pour la photo.

La grande réussite de Philippe Le Guay est de n’avoir jamais cédé à la vulgarité, ce qui n’était pas évident avec ce sujet. Il nous avait certes montré dans Les Femmes du 6e étage son goût pour les comédies tendres basées sur des sujets sérieux. Le problème avec Normandie nue est qu’il tombe dans plusieurs pièges. D’abord celui de la caricature qu’il prétendait dénoncer, celle des paysans joués par Grégory Gadebois ou Philippe Rebbot. Egalement un happy end naïf qui voit tout le monde rayonner de bonheur comme si tous les problèmes avaient été réglés, alors que tout est évidemment bien plus compliqué. Les bons sentiments bien sucrés finissent par prendre le pas sur l’humour ou la tendresse. Peut-être est-ce dû à la présence à l’écriture de Victoria Bedos, qui nous avait déjà noyés sous la guimauve dans La Famille Bélier. Et dommage que le cinéaste finisse par partir dans tous les sens avec notamment cette histoire du citadin que la campagne va rendre physiquement malade. Ces scènes, mal jouées par François-Xavier Demaison, inutiles pour le récit, prennent une place folle et n’apportent rien si ce n’est de l’ennui incrédule. Les atouts du film sont l’humour de la situation principale, le casting réussi entre Cluzet et Toby Jones, irrésistible dans le rôle d’un photographe inspiré d’Helmut Newton qui va découvrir la Normandie avec un regard ahuri. Leur énergie et certains dialogues bien écrits permettent de sourire, parfois beaucoup, mais ne suffisent pas pour que le film reste en mémoire après la sortie de la salle.

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 11
Georges Blanc 12
Antoine Rochat 10