Prêt à tout

Affiche Prêt à tout
Réalisé par Nicolas Cuche
Pays de production France
Année 2012
Durée
Musique Christophe La Pinta
Genre Comédie
Distributeur frenetic
Acteurs Aïssa Maïga, Chantal Lauby, Patrick Timsit, Lionnel Astier, Max Boublil
Age légal 10 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 694
Bande annonce

Critique

Max (Max Boublil) et Alice (Aïssa Maïga) se croisent à l’université.Lui est un dilettante molachu, elle une étudiante engagée et désireusede faire bouger les choses. Le glandeur et la militante échangentquelques mots, le temps d’un ou deux regards, puis chacun s’en va deson côté. Mais le spectateur un brin malicieux a vite compris dans quelle direction s’oriente le film.
Quelques années plus tard, à 30 ans, Max a fait fortune, presquemalgré lui, bien coaché qu’il a été par deux potes assez niais, maissuffisamment doués pour amasser des millions de francs en créant unsite internet de rencontres (branchées, et plus si affinités…) quirapporte gros. Max voit l’argent lui tomber du ciel, et ce petitmiracle financier permettra à notre héros de jouer gagnant à toutcoup. Pour se rapprocher d’Alice, il rachètera l’usine en faillite oùelle travaille et, sans dévoiler jamais ni sa fortune ni son nouveaustatut de patron, se fera passer pour un simple ouvrier qu’on vientd’embaucher. Prêt à tout il dépense sans compter pour faire le bonheurd’Alice, de Valentin (Idriss Roberson), le fils d’Alice, de sa propre mère (et de sonpère), et de tous les ouvriers de l’usine.
Le cinéaste Nicolas Cuche le confirme: il n’a pas voulu tourner decomédie réaliste. On en reste donc au niveau d’une fable, etl’approche des problématiques sociales actuelles (crise économique,fermeture d’usine, famille monoparentale) est à ranger au rayon desaccessoires. C’est un peu facile: une fois admis le postulat dumiracle financier qui permet à Max de tout régler à l’envi, l’intriguepeut se mettre à ronronner, et c’est dommage.
Prêt à tout garde un côté assez instable, avec des scènes tantôtdynamiques (le travail à l’usine, certains échanges verbaux), tantôtretenus (plans fixes sur de luxueux décors). Fable assez superficiellereposant donc sur un miracle financier, le film peut dès lors laisserindifférent. Dans leurs rôles de composition, les acteurs font leurjob, avec une mention spéciale à Aïssa Maïga, déjà croisée dansplusieurs films de Haneke - ainsi que dans une vingtaine d’autres, de Bamako (2006) à L’écume des jours (2012).

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 11
Daniel Grivel 11
Anne-Béatrice Schwab 12