Eternal Sunshine of the Spotless mind

Affiche Eternal Sunshine of the Spotless mind
Réalisé par Michel Gondry
Pays de production U.S.A.
Année 2004
Durée
Musique Jon Brion
Genre Comédie dramatique, Science fiction
Distributeur United International Pictures (UIP)
Acteurs Kirsten Dunst, Jim Carrey, Kate Winslet, Elijah Wood, Mark Ruffalo
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 489
Bande annonce

Critique

"Après un an de vie commune, Joel et Clémentine ne voient plus que les mauvais côtés de leur tumultueuse histoire d'amour. Et pourtant, tout avait commencé sur les chapeaux de roue: elle l'avait immédiatement séduit par ses coups de folie et les élans incontrôlés de sa nature fantaisiste et versatile. Désormais, il ne la supporte plus. Et tout ce qui aux yeux de Clémentine faisait le charme de son compagnon est devenu insupportable: que faire de ce garçon mélancolique et renfermé, avec ses innombrables petites manies agaçantes?

C'est alors qu'intervient le Dr Mierzwiak, auteur d'une méthode infaillible, Lacuna. Elle permet de supprimer de la mémoire d'un être humain tout souvenir ou toute émotion liée à une autre personne. Clémentine décide de rayer complètement Joel de son cerveau. Découvrant à son tour qu'il est devenu un parfait inconnu pour sa compagne en train de refaire sa vie sans lui, il décide lui aussi de faire appel au Dr Mierzwiak. Le film décrit le processus d'effacement, qui ne devient évidemment intéressant qu'à partir du moment où il dysfonctionne.

Ce qui séduit d'emblée, c'est le montage et le découpage de cette course-poursuite dans le cerveau de Joel, qui évolue en parallèle avec l'histoire des placides ""effaceurs"". Ceux-ci opèrent dans l'appartement même de l'intéressé, couché immobile sur son lit. Les scènes se (dé)construisent sous nos yeux au fur et à mesure que Joel, pour reconquérir Clémentine, lutte contre la progression de son amnésie programmée. Parfaitement emportés dans l'élan créatif du scénario, les décors se métamorphosent et s'enchevêtrent dans un tourbillon prodigieux. L'architecture filmique originale qui s'en dégage ne manque pas d'intérêt.

Mais ce qui d'emblée aussi déconcerte, c'est la complexité du récit et son rythme effréné. Si le mixage entre humour et tragique jouit d'un bon dosage, si le casting est superbe et que les interprètes séduisent, la rapidité étouffe l'émotion qui ne parvient à percer que l'espace de quelques trop courtes secondes. C'est là qu'il eût fallu investir pour transformer cet attrayant exercice de style en une œuvre aboutie."

Ancien membre