Proxima

Affiche Proxima
Réalisé par Alice Winocour
Titre original Proxima
Pays de production France, Allemagne
Année 2019
Durée
Musique Ryuichi Sakamoto
Genre Drame, Action
Distributeur Pathé
Acteurs Matt Dillon, Eva Green, Lars Eidinger, Sandra Hüller, Zélie Boulant-Lemesle, Alexei Fateev
Age légal 8 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 824
Bande annonce

Critique

Proxima, réalisé par Alice Winocour, est une fiction suivant la trajectoire d’une astronaute qu’une mission dans l’espace est sur le point de séparer de sa fille. Co-écrit par le cinéaste suisse Jean-Stéphane Bron, le film dépeint avec une précision documentaire la dure préparation de cette mère célibataire avant son départ, tout en ménageant une place pour un propos social.

Sarah (Eva Green) est une astronaute française qui s’entraîne pour réaliser son rêve d’aller dans l’espace; elle est également la mère d’une petite fille, Stella (Zélie Boulant-Lemesle), issue d’une relation passée avec un de ses collègues. Lorsqu’on lui propose de rejoindre une mission liée au centre spatial allemand pour lequel elle travaille, Sarah doit se séparer de sa fille pour subir une préparation particulièrement ardue dans un centre en Russie.

Le film d’Alice Winocour traite avec sensibilité de la thématique de la séparation, en évitant les écueils du mélodrame familial: la complicité entre Sarah et son enfant est basée sur des petits détails du quotidien, que leur éloignement soudain rend d’autant plus touchants ; la relation de la jeune femme avec son ex-compagnon, chargé de garder Stella pendant sa longue absence tout en assumant son métier d’astrophysicien, est abordée avec réalisme, sans dramatisation excessive. C’est principalement la difficulté que représente pour une mère célibataire la réalisation de ses ambitions professionnelles qui est au centre du long métrage, par la mise en opposition des dilemmes qu’affronte Sarah et de la relative facilité qu’a son collègue américain Mike (Matt Dillon) à partir, étant donné qu’il n’est pas divorcé et que son épouse est disponible pour s’occuper de leurs deux garçons. Le long métrage développe par là un véritable propos social, en pointant également la misogynie qui imprègne le milieu souvent héroïsé des acteurs de la conquête spatiale.

En choisissant de se centrer sur la préparation d’une mission dans l’espace plutôt que sur sa réalisation effective, le film revêt une dimension documentaire: les différents exercices physiques et techniques auxquels les astronautes sont astreints sont présentés dans le détail par le biais d’une caméra mouvante et précise. L’accent est ainsi mis de manière originale sur le quotidien de ces «héros en devenir», filmé à hauteur d’homme - ou plutôt, de femme.

Noé Maggetti

Appréciations

Nom Notes
Noé Maggetti 15
Georges Blanc 14
Camille Mottier 17