Synonymes

Affiche Synonymes
Réalisé par Nadav Lapid
Titre original Synonymes
Pays de production France, Israël, Allemagne
Année 2018
Durée
Genre Drame
Distributeur Zinéma
Acteurs Léa Drucker, Christophe Paou, Quentin Dolmaire, Louise Chevillotte, Tom Mercier, Uria Hayik
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 810
Bande annonce

Critique


Yoav (Tom Mercier), ancien soldat israélien, quitte sa terre natale dont il refuse désormais de parler la langue pour s’établir en France. Au fil de rencontres plus ou moins bénéfiques, plus ou moins douteuses, plus ou moins sordides, Yoav va comprendre que ce n’est pas en fuyant son pays que l’on peut échapper à son destin.

Nadav Lapid a parfaitement compris et appliqué la recette qui allait lui permettre à coup sûr de faire un carton auprès de l’intelligentsia et dans les festivals (ce qui n’a pas raté puisque le film a notamment obtenu l’Ours d’or à Berlin): il a donné à un jeune et charismatique inconnu un rôle très casse-gueule et éprouvant; tous les personnages principaux sont ambigus et avancent masqués; il a alterné des scènes tendres avec d’autres moments extrêmement humiliants pour son héros; il a filmé avec une caméra à l’épaule saccadée, indiscrète et virtuose; il a mêlé la nudité, l’avilissement, le désespoir et la folie à un discours philosophique sur les racines et la quête de sa propre identité. Mais ce n’est pas parce qu’on utilise ces ficelles artistiques et scénaristiques que l’on peut faire oublier que l’on a, au fond, pas grand-chose à raconter. Le cinéaste s’est inspiré certes de son propre parcours, lorsqu’il a lui-même débarqué en France pour y tenter une nouvelle vie, mais cherche à faire un film trop dérangeant, cérébral et sophistiqué.

En lorgnant vers le cinéma du monde, Lapid se regarde filmer, et la forme finit malheureusement par prendre le pas sur le fond. Une scène, terrible, à la fois drôle et pathétique, touche juste: celle des cours de français destinés aux nouveaux aspirants à la citoyenneté. A part ça, on remarque trop l’exercice de style ainsi que la tentation de mettre gratuitement mal à l’aise. Il y dénonce toutefois avec force certaines aberrations de nos sociétés modernes occidentales.

Clairement inspiré par Pasolini ou par le Bertolucci du Dernier tango à Paris, le scénario de Synonymes aurait fait un magnifique et percutant court métrage... mais cela dure deux heures.

Ours d’or à la Berlinale

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 8
Georges Blanc 8
Sabrina Schwob 11