Profil

En eaux troubles

Affiche En eaux troubles
Réalisé par Jon Turteltaub
Titre original The Meg
Pays de production U.S.A.
Année 2018
Durée
Musique Harry Gregson-Williams
Genre Thriller, Action
Distributeur Fox-Warner
Acteurs Jason Statham, Cliff Curtis, Rainn Wilson, Ruby Rose, Bingbing Li, Winston Chao
Age légal 12 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 795
Bande annonce

Critique

La plongée dans les eaux troubles des océans est immédiate: à 10'000 m de profondeur, dans une fosse de l’océan Pacifique, une équipe de chercheurs scientifiques a établi, dans un sous-marin sophistiqué, son atelier de travail et ses laboratoires.
Tout cela dans le cadre d’une organisation internationale d’observation de la vie sous-marine. Le submersible sera tout à coup attaqué et rendu inutilisable par une créature gigantesque qu’on croyait disparue, un mégalodon, requin préhistorique de 23 m de long. Coincée dans l’épave en panne et immobilisée au fond de l’océan, l’équipe des scientifiques est prisonnière. Il faudra faire appel à un ancien capitaine de la Marine et spécialiste de la plongée, Jonas Taylor (Jason Statham), qui risquera sa vie en partant à la recherche des survivants et en affrontant le prédateur marin. Le spectateur le suivra dans ses efforts et le retrouvera un peu plus tard, toujours pour sauver des hommes et des femmes perdus au fond des océans et menacés d’être hachés menu par le mégalodon.

Le cinéaste conduit toutes les opérations avec vigueur et réalisme. Les scènes d’action s’enchaînent correctement les unes aux autres, il y a des moments de tension et de (petite) détente, et la part laissée à l’horreur des interventions du squale n’est pas trop généreuse. Pas trop de sauvageries donc, même si le rapport de la Commission américaine de classification des films a indiqué qu’il était «déconseillé aux moins de 12 ans» Se glissent çà et là quelques touches d’émotion, quelques sentiments amoureux - notamment grâce à des acteurs qui n'en font pas trop -, mais la tonalité reste tragique: tout le monde ne sera pas sauvé, et certaines plages chinoises seront mises en pagaille meurtrière par le squale.

Voilà un film à recommander à ceux qui aiment se jeter dans les eaux troubles d’un certain cinéma d'action: que ceux qui préfèrent les plages ensoleillées prennent un autre chemin, tout en faisant attention aux requins, comme l’avait déjà dit Steven Spielberg, en 1975, avec Les Dents de la mer


Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 9