Profil

L'Insulte

Affiche L'Insulte
Réalisé par Ziad Doueiri
Titre original L'Insulte
Pays de production France, Liban
Année 2017
Durée
Musique Eric Neveux
Genre Drame
Distributeur Frenetic
Acteurs Diamand Bou Abboud, Adel Karam, Rita Hayek, Kamel El Basha, Christine Choueiri, Camille Salamé
Age légal 12 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 785
Bande annonce

Critique

Après L'Attentat parvenu sur nos écrans en 2012, Ziad Doueiri aborde à nouveau les tensions au Proche-Orient. Il observe les séquelles de la guerre du Liban dans des interactions entre chrétiens et palestiniens.

Yasser (Kamel El Basha), contremaître sur un chantier, constate qu'une gouttière, prolongeant le balcon d'un appartement, ne répond pas aux normes légales. Il sonne alors chez les locataires, Toni (Adel Karam) et sa femme enceinte, pour les informer du problème. Se voyant violemment claquer la porte au nez par Toni, il prend l'initiative de la réparer sans son consentement. Ce dernier détruira son travail sans mot dire, devant Yasser, humilié, qui mettra fin à l'interaction par une insulte.

Le spectateur prend d'abord position en faveur de Yasser. D'une part, il ne peut s'expliquer la réaction brutale et gratuite de Toni; d'autre part le jeu des acteurs - le premier offrant un visage doux, adoptant une posture morale, droite et honnête, le second, dont les plans accentuent la dureté des traits, semblant violent et injuste. Toutefois, le point de vue sur les personnages change dès lors que sont abordées les raisons sous-jacentes à la discorde : Yasser est un réfugié palestinien, Toni un chrétien libanais, dont les traumatismes d'enfance associés à la guerre, qui referont surface au cours du procès, l'entraînent à des actes discriminatoires.

Ce simple désaccord de base, telle une spirale infernale, aura des conséquences toujours plus grandes, et dépasse la seule implication des protagonistes en devenant une affaire politique qui mobilisera les médias et polarisera les positionnements idéologiques. L’Insulte rend bien compte de la présence, dans les esprits, d'animosités censément passées. On suit alors avec intérêt les longues séquences au tribunal, durant lesquelles des contradictions se créent entre les valeurs que nous attribuons aux personnages et les faits qui se parent d'interprétations différentes selon qu'ils sont racontés par la défense ou l'accusation.

Sabrina Schwob

Appréciations

Nom Notes
Sabrina Schwob 15
Georges Blanc 15