Thor : Ragnarok

Affiche Thor : Ragnarok
Réalisé par Taika Waititi
Pays de production U.S.A.
Année 2017
Durée
Musique Mark Mothersbaugh
Genre Action, Fantastique, Aventure, Science fiction
Distributeur waltdisney
Acteurs Cate Blanchett, Jeff Goldblum, Chris Hemsworth, Tom Hiddleston, Idris Elba
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 778
Bande annonce

Critique

Depuis Iron Man en 2008, il est clair que les studios Marvel n’auront pas produit que des chefs-d’œuvre. Maintenir plusieurs sagas de super-héros (Iron Man, Captain America, Thor), tout en les réunissant régulièrement dans des films sommes n’est pas une mince affaire. Les contenus s’en ressentent souvent, donnant l’impression de servir surtout à préparer les autres opus. Mais ces derniers temps, il y aura eu quelques jolies surprises, notamment le Captain America: Civil War (2016). Et puis, dans un tout autre genre, ce Thor 3.
Alors oui, l’histoire fait sourire rien qu’à la raconter: Thor doit faire face au retour de son frère, à la disparition de son père et à l’arrivée de sa sœur, Hela, déesse de la mort. Ses plans sont peu réjouissants pour les vivants; il s’agit donc de l’arrêter. Sauf que Thor se retrouve perdu dans l’univers. Alors qu’Asgard, le royaume des dieux, tombe dans le chaos, notre héros doit trouver un moyen de quitter l’étrange planète sur laquelle il a atterri…

Mais voilà, hormis son début un peu poussif (on regrette l’apparition absolument inutile du Dr Strange joué par Benedict Cumberbatch), le côté rocambolesque et autodérisoire de la suite séduit pleinement. Sakaar, où échoue le Dieu du Tonnerre, est un lieu sans loi, qui accueille toutes les choses abandonnées de l’univers. Le réalisateur en a profité pour en faire également un terrain d’inventions scénaristiques et visuelles psychédéliques. Jeff Goldblum en «Grand Maître» pop n’en est pas la moindre. Ce côté décomplexé n’empêche pas une forme de souffle épique; la constitution d’une petite équipe de résistance ravit et le combat final y gagne en puissance. Sans compter quelques plans éblouissants, qui empruntent plus que jamais au graphisme BD.

Bref, une ambiance explosive, qu’on espère retrouver dans les prochains opus!

Adèle Morerod

Appréciations

Nom Notes
Adèle Morerod 14
Nadia Roch 8