X-Men: Apocalypse

Affiche X-Men: Apocalypse
Réalisé par Bryan Singer
Pays de production U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique John Ottman
Genre Action, Science fiction, Fantastique
Distributeur foxwarner
Acteurs Oscar Isaac, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Sophie Turner
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 747
Bande annonce

Critique

Sixième film tiré des aventures des super-héros de Marvel, X-Men Apocalypse est une preuve de plus que tirer indéfiniment sur la ficelle finit toujours par lasser.  Certes, techniquement parlant, c’est impeccable et cela ravira les amateurs de ce genre d’images. Effets spéciaux ahurissants, mise en scène inspirée de Bryan Singer, sur le plan visuel il n’y a rien à dire. Mais que dire du reste? Un scénario qui s’est voulu délibérément plus riche et nuancé que les précédents, avec plus d’émotion également. Malheureusement, ces scènes soit disant profondes et émotives ne font que rallonger un film déjà bien trop long (près de 2 h 30), et paraissent fabriquées. A peine servent-elles à offrir un petit moment de calme entre deux scènes d’action assourdissantes.

L’histoire propose aussi un joyeux patchwork mêlant l’Egypte antique et le Jugement dernier, une école de super-héros et Auschwitz, perdant ainsi le spectateur dans les dédales d’une psychologie inutile. Lorsqu’on découvre à la fin que le faible n’est peut-être pas si faible que ça, que le méchant n’est peut-être pas si méchant que ça, cela fait belle lurette qu’on en a plus grand-chose à faire. Les acteurs (à l’exception de Michael Fassbender, assez touchant) font le service minimum demandé pour ce genre de films. Jennifer Lawrence est aussi inexpressive que dans Hunger Games, et fait regretter certains choix ambitieux qu’elle fit au début de sa carrière. Les autres comptent sur leur présence physique et sur les effets spéciaux pour simplement exister.

Une petite digression pour conclure : on se souvient qu’en 1995, Bryan Singer fit une entrée fracassante dans le cinéma avec un film que personne n’avait vu venir, le génial Usual suspects, un polar tortueux, brillant et particulièrement novateur. On tenait là un nouveau jeune prodige. Depuis, il n’a jamais su retrouver le talent et le culot de ses débuts. Peut-être que son habitude de l’univers Marvel, ainsi que les nombreux deniers qu’il a empochés en tant que producteur de Dr House l’ont incité à se reposer financièrement et artistiquement sur ses lauriers, ce qui est extrêmement dommage.

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 7