Abou Leila

Affiche Abou Leila
Réalisé par Amin Sidi-Boumedine
Titre original Abou Leila
Pays de production Algérie, France
Année 2019
Durée
Genre Drame, Policier, Thriller
Distributeur Outside the Box
Acteurs Lyes Salem, Slimane Benouari, Meriem Medjkane, Samir El Hakim
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 825
Bande annonce

Critique

Retour exigeant sur un temps où l’aveuglement gangrénait toutes les strates d’un pays du Maghreb.

Durant les années 90, l’Algérie connut une terrible période de guerre civile que l’on désigne parfois par les expressions de «décennie noire», «décennie du terrorisme» ou comme «les années de plomb» ou «les années de braise». Un conflit opposait alors le gouvernement, disposant de l’Armée nationale populaire, à divers groupes islamiques.
C’est précisément durant cette période, en 1994, que se déroule ce film dérangeant, premier long métrage de celui qui obtînt plusieurs prix pour ses courts métrages (Demain, Alger?; L’Île; Serial K.) Plutôt que de proposer une large vision historique, le film d’Amin Sidi-Boumédiène relate l’histoire de deux amis d’enfance, S. et Lotfi, qui traversent le désert à la recherche d’Abou Leila, un dangereux terroriste. Leur poursuite semble absurde, car à ce moment-là le Sahara n’a pas encore été touché par la vague d’attentats. S., dont la santé mentale est vacillante, est pourtant convaincu d’y trouver Abou Leila, responsable notamment de la mort d’un de ses collègues policiers. Lotfi, lui, n’a qu’une idée en tête: éloigner S. d’Alger pour que son déséquilibre ne le conduise pas au pire. Or n’est-ce pas en fuyant qu’ils seront confrontés à leur propre violence?

Alors qu’ils s’enfoncent dans le désert, direction Djanet, ils découvrent devant eux une voiture sur le dos après avoir percuté un camion. Des blessés? «Le gamin? - Il est mort. - Il a de la chance.» Ce dialogue ne serait que cynique s’il ne traduisait pas la violence aveugle qui fait alors tant de ravages et ronge les êtres. Dans un tel contexte où rôde l’horreur, rêves, ou plutôt cauchemars, se confondent avec la réalité: cela est vrai tout particulièrement pour S., mais aussi pour le spectateur qui risque de perdre pied. Jusqu’à ne plus savoir ce qui est de l’ordre de la fiction et du réel.
Demeurent les questions du sacrifice et celles de l’équilibre mental, voire moral, dans un pays qui, une décennie durant, fut comme le dit un protagoniste, «un asile à ciel ouvert».

Serge Molla

Appréciations

Nom Notes
Serge Molla 13