Un Homme pressé

Affiche Un Homme pressé
Réalisé par Hervé Mimran
Titre original Un homme pressé
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Balmorhea
Genre Comédie dramatique
Distributeur JMH Distributions SA
Acteurs Fabrice Luchini, Yves Jacques, Leïla Bekhti, Igor Gotesman, Rebecca Marder, Clémence Massart
Age légal 12 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 800
Bande annonce

Critique

Alain (Fabrice Luchini) est un gros ponte du marché de l’automobile. Il y jouit d’une réussite et d’une réputation flamboyantes, il est toujours débordé, toujours en train de courir après le temps.

Le film démarre sur un matin pas comme les autres, le tournant de sa vie. Victime d’un AVC, il va devoir patiemment réapprendre à vivre, à parler, et bien sûr à réévaluer ses priorités.

Si le thème de la reconstruction après un accident, quel qu’il soit, n’est pas nouveau (A propos d’Henry de Mike Nichols pour n’en citer qu’un), cela fait du bien de découvrir une comédie dramatique à la française qui pour une fois parle d’autre chose que d’une famille qui se déchire ou de parents dépassés par leurs rejetons. La situation professionnelle d’Alain permet au film de gagner du temps. En effet, les choses seraient certainement beaucoup plus difficiles pour un homme ordinaire qui ne pourrait pas comme lui s’offrir une orthophoniste personnelle ou, ainsi que le dit l’infirmier, la «suite présidentielle» de l’hôpital. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Un homme pressé est avant tout une comédie, portée par un excellent Luchini, à la fois drôle et sobre. L’acteur, qui s’est souvent amusé à déclamer du Rimbaud ou du La Fontaine en argot et en verlan, est irrésistible dans les scènes où son personnage parle un charabia ahurissant alors qu’il croit s’exprimer intelligiblement. Il est entouré d’une jolie galerie de portraits (sa fille, son chauffeur, l’infirmier, la cuisinière) et bien sûr de l’orthophoniste, magnifiquement jouée par Leïla Bekhti, d’autant plus méritante qu’elle a aussi ses propres problèmes.

 On peut reprocher au scénario d’être par moments un peu brouillon et de ne pas creuser davantage dans la gravité, l’émotion ou la remise en question, mais encore une fois ce n’était pas forcément le but. Un homme pressé est un film soigné, tendre, très bien joué, et joli dans le meilleur sens du terme.


Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 14
Nadia Roch 14
Georges Blanc 10