Otages à Entebbe

Affiche Otages à Entebbe
Réalisé par José Padilha
Titre original 7 Days In Entebbe
Pays de production Grande-Bretagne
Année 2018
Durée
Musique Rodrigo Amarante
Genre Thriller, Biopic
Distributeur Impuls
Acteurs Lior Ashkenazi, Rosamund Pike, Daniel Brühl, Eddie Marsan, Denis Ménochet, Ben Schnetzer
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 790
Bande annonce

Critique

Survenue dans la nuit du 3 au 4 juillet 1976 à Entebbe en Ouganda, l’opération Thunderbolt (la libération par l’armée israélienne des otages de l’avion détourné par des terroristes pro-palestiniens) a déjà été le sujet de plusieurs œuvres, dont un film avec Anthony Hopkins et Elizabeth Taylor, et un célèbre téléfilm avec Horst Buchholz et Charles Bronson. L’événement est également évoqué dans le Dernier roi d’Ecosse, dans lequel Forest Whitaker jouait le rôle d’Idi Amin Dada, qui chercha, par son attitude inhabituelle, à en profiter pour redorer son blason de dictateur sanguinaire aux yeux du monde.

Le réalisateur José Padilha nous propose une nouvelle, et plutôt réussie, vision de cette affaire. Il a très intelligemment décidé de ne pas faire un simple film d’action, mais de réellement se pencher sur les circonstances politiques de l’époque, en accordant en outre une large place aux états d’âme des ravisseurs, des otages et de tous les gens concernés. Sont représentés à l’écran, dans des scènes de dialogues intéressantes et bien reconstituées, Shimon Peres, Yitzhak Rabin et Amin Dada. L’action et la violence sont régulièrement oubliées au profit du contexte sociétal international, donnant un film quasiment tous publics dans sa forme, et historiquement fouillé. Ceci contrairement par exemple au film de 2008 sur la bande à Baader, qui se contentait d’aligner les scènes de violence excessive et complaisante sans en expliquer les raisons. Ici, l’inévitable violence lors de l’assaut final contre les terroristes est très judicieusement désamorcée par le réalisateur qui utilise un procédé similaire à celui employé par Coppola dans le massacre final du Parrain. Tout cela fait de Otages à Entebbe un film complexe et intéressant, relevé de plus par une distribution internationale très bien choisie. Daniel Brühl et Rosamund Pike sont étonnants de justesse et de retenue dans leurs rôles de terroristes, les acteurs israéliens sont excellents. Quelques petites longueurs ici ou là, mais sans gravité.


Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 14
Georges Blanc 12