Ni juge, ni soumise

Affiche Ni juge, ni soumise
Réalisé par Jean Libon, Yves Hinant
Titre original Ni juge, ni soumise
Pays de production France, Belgique
Année 2017
Durée
Genre Documentaire
Distributeur Praesens Film
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 785
Bande annonce

Critique

«Radiographier la montée de l’inquiétude et l’accroissement des disparités dans notre époque et notre société, qui prête à sourire autant qu’elle suscite notre effroi.» Cette note d’intention du producteur de Ni juge, ni soumise pourrait être celle du film en général. Deux réalisateurs de l’équipe de «Strip-Tease», l’émission documentaire qui a scandalisé la télévision franco-belge dès 1984, ont en effet plongé pendant trois ans dans un univers mi-comique, mi-tragique: celui de la juge d’instruction belge Anne Gruwez.

Personnage extravagant en soi, elle arpente les rues de Bruxelles avec sa petite coccinelle bleu ciel d’un autre temps, lance leurs quatre vérités aux visages de ses «clients» - comme elle les appelle - et mène l’enquête avec trois policiers sympathiques. C’est d’ailleurs leurs recherches, sur une affaire vieille de 20 ans, qui constitue le fil rouge du film. Mais pas question de tout réduire à cette seule intrigue; au cours des années, les réalisateurs ont su (et pu) capter une série d’audiences, qui semblent elles aussi tout droit sorties d’un roman.

Et pourtant, qu’on en rie ou qu’on en pleure, ces rencontres entre juge et accusés sont bien le reflet d’une réalité sociale, dans laquelle les coupables (n’en sont-ils pas surtout les victimes?) sont abandonnés aux marges, avec seulement la violence et la pauvreté devant eux. Il faut bien toute la gouaille, la force et l’humanité de ce petit bout de femme pour y faire face. Et toute la discrétion, parfois moqueuse, des réalisateurs pour nous y confronter, en ne laissant aucune place pour l’indifférence.

Adèle Morerod

Appréciations

Nom Notes
Adèle Morerod 15
Philippe Thonney 15