On the Milky Road

Affiche On the Milky Road
Réalisé par Emir Kusturica
Pays de production Serbie, Grande-Bretagne, U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique Stribor Kusturica
Genre Drame
Distributeur praesensfilm
Acteurs Monica Bellucci, Emir Kusturica, Sloboda Micalovic, Predrag 'Miki' Manojlovic, Davor Janjic
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 772
Bande annonce

Critique

En ex-Yougoslavie, Kosta (Emir Kusturica), un laitier, traverse tous les jours la frontière à dos d'âne pour ravitailler des soldats. Les bombardements explosent en permanence, ce qui ne semble pas le préoccuper, absorbé qu'il est dans ses propres pensées. Un double mariage est prévu, entre lui et la volcanique Milena (Sloboda Micalovic), et entre le frère de cette dernière Žaga (Predrag Manojlovi?) et une réfugiée, Nevesta (Monica Bellucci) recherchée par des hommes puissants. Kosta et cette dernière s'éprendront d'un amour passionnel et, dans une quête impossible, tenteront de vaincre les obstacles qu'ils rencontrent.

Avec On the Milky Road Emir Kusturica signe une œuvre complexe, foisonnante, d'une belle étrangeté. L'étrangeté résulte d'une part d'une tension entre l'omniprésence de la guerre, de la violence, et d'un traitement du récit sous une forme de conte de fées, comme si ce mode de narration constituait précisément le moyen pour les protagonistes de survivre à l'intérieur d'un environnement qui offre peu d'espoir. D'autre part, une confusion s'opère entre différents niveaux de la réalité, ce qui tend à désorienter le spectateur. Par exemple, en séquence d'ouverture, se multiplie des plans sur les animaux qui vivent autour du campement militaire et sur l'éveil de ses habitants. Des oies sautent dans une baignoire de sang, sèchent ensuite au soleil. Un âne braie à la vue d'un aigle qui saisit un serpent et finit par s'envoler avec. Avant que le volatile n'entre en collision avec un avion, intervient un court plan de Kosta en plein sommeil. Ce n'est qu'après qu'il se réveille. On suppose dès lors que ce n'était qu'un rêve, ce qui est confirmé dans la séquence suivante par des soldats qui, en présence du protagoniste, racontent, sans ellipse temporelle, le rêve auquel on a assisté. Il est cependant impossible de déterminer ce qui appartient au domaine du rêve ou de la réalité bien qu'il soit certain que ces deux niveaux existent. S'il s'agissait bien d'un rêve, l'environnement reste pourtant le même. Ces entremêlements enchantent et suscitent la curiosité du spectateur, qui ne pourra de plus que se laisser séduire par la prestance d'Emir Kusturica et Monica Bellucci, qui dans un jeu plein de pudeur, de douceur, se complètent parfaitement.

Sabrina Schwob