Fits (The)

Affiche Fits (The)
Réalisé par Anna Rose Holmer
Pays de production U.S.A.
Année 2016
Durée
Musique Saunder Jurriaans, Danny Bensi
Genre Documentaire, fiction
Distributeur ARP Sélection
Acteurs Royalty Hightower, Alexis Neblett, Da'Sean Minor, Lauren Gibson, Makyla Burnam
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 760
Bande annonce

Critique

A 11 ans, la jeune Toni (Royalty Hightower) s’entraîne dans la salle de boxe de son frère Donte. A l’étage au-dessus, elle découvre un groupe de filles, les «Lionnes», qui apprennent à danser une variante très physique du «hip-hop», une sorte de drill athlétique. L’énergie qu’elles déploient, leur assurance, tout cela va intriguer, puis séduire Toni qui finira par les rejoindre.
Cinéaste américaine indépendante, Anna Rose Holmer nous propose une approche qui tient à la fois du documentaire et de la fiction. Une intrigue sans suspense, un réalisme bien maîtrisé, une plongée dans un monde particulier, celui d’un club de sports de Cincinnati où les garçons boxent et les filles se livrent à une chorégraphie apparemment éprouvante. Toni est d’origine afro-américaine, comme tous les jeunes qui fréquentent ce gymnase.

La composante documentaire de The Fits est très importante. La débauche d’énergie déployée et la fatigue qui s’ensuit, les mystérieuses crises (d’épilepsie ?) dont souffrent plusieurs jeunes ne vont pas sans interpeller le spectateur. Mais la réalisatrice ne pose pas de question et ne fait aucun commentaire.

son corps. Une bande sonore particulière cherche à accompagner les réflexions intérieures de l’héroïne principale, mais tout cela ne suffit pas. Les dialogues se réduisent à la portion congrue, et cette absence totale d’explications – à propos des crises physiques de plusieurs jeunes danseuses par exemple – est très frustrante. Approche des tout premiers émois de l’adolescence et des métamorphoses liées à cet âge-là, The Fits est un film de mouvement, bénéficiant d’une photographie soignée, d’un usage important de gros plans et de l’excellente prestation du personnage principal. Mais le style ne suffit pas : on aurait souhaité, dans ce tableau brillant, découvrir un contexte (social, familial, etc) plus large et avoir connaissance du point de vue de la réalisatrice.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 11