Seul dans Berlin

Affiche Seul dans Berlin
Réalisé par Vincent Perez
Titre original Alone in Berlin
Pays de production Allemagne, France, Grande-Bretagne
Année 2016
Durée
Musique Alexandre Desplat
Genre Historique, Drame
Distributeur filmcoopi
Acteurs Brendan Gleeson, Emma Thompson, Daniel Brühl, Mikael Persbrandt, Katrin Pollitt
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 759
Bande annonce

Critique


Berlin, en 1940. La France vient de capituler et Hitler est tout puissant. Anna (Emma Thompson) et son mari Otto Quangel (Brendan Gleeson), tous deux ouvriers, habitent un quartier où l’on croise de fervents nazis, de simples sympathisants du régime, des intellectuels moins engagés et des Juifs : un échantillon de la société allemande de l’époque. La vie du couple va brutalement basculer avec la mort sur le front de leur fils unique Hans. Anna et Otto n’ont dès lors plus de raison de vivre. Sans être au départ de véritables résistants – ils sont d’ailleurs rares à ce moment-là en Allemagne -, ils vont chercher à inciter leurs compatriotes à se mettre en travers de la politique militaire du régime, distribuant des cartes postales dans les halls d’immeubles et des bâtiments publics. La Gestapo sera vite sur leur piste.

Le cinéaste lausannois Vincent Perez a derrière lui une longue carrière d’acteur d’abord, en France surtout (il a aussi tenté sa chance aux Etats-Unis), mais aussi de réalisateur (dès 2002). Seul dans Berlin, son troisième film, est une adaptation d’une nouvelle d’un écrivain allemand, Hans Fallada (Jeder stirbt für sich allein), qui est parti d’un événement réel, découvert dans un dossier de la Gestapo. Vincent Perez s’est fixé comme objectif d’illustrer ce récit et de décrire le climat de suspicion et de terreur qui régnait en Allemagne à cette époque. Y est-il parvenu ? On peut émettre des réserves.

D’abord le casting de cette coproduction européenne surprend : les acteurs sont anglais et allemands, mais ne s’expriment que dans la langue de Shakespeare. Difficile de l’admettre quand on se trouve à Berlin, en pleine période nazie. Les comédiens n’ont d’ailleurs pas beaucoup l’occasion de s’exprimer et leurs interventions se limitent à quelques simples répliques explicatives. La volonté de décrire un monde fermé, sans issue pour les deux protagonistes (décors de corridors sombres, de bureaux clos, de tonalités obscures) crée un climat plus pesant que porteur de sens. La reconstitution historique et le choix des décors urbains n’emportent pas l’adhésion. Le scénario était sans doute difficile à mettre en images, mais l’histoire de ce couple et ce tableau de Berlin dans les années 1940 manquent de souffle.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 10
Adèle Morerod 10
Anne-Béatrice Schwab 15
Georges Blanc 9