Cloclo

Affiche Cloclo
Réalisé par Florent Emilio Siri
Pays de production France
Année 2012
Durée
Musique Alexandre Desplat
Genre Biopic, Drame
Distributeur StudioCanal
Acteurs Jérémie Renier, Benoît Magimel, Sabrina Seyvecou, Ana Girardot, Monica Scattini
Age légal 7 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 655
Bande annonce

Critique

Sa dernière chanson, «Alexandrie, Alexandra», avait quelque chose de haché, de fissuré… tellement qu’on se demande combien de temps encore Claude François aurait résisté à la folle vie qu’il menait si un accident n’avait coupé net sa fuite en avant. La question transpire du film que Florent Emilio Siri consacre à la vedette disparue en 1978, à l’âge de 39 ans. Une immense vedette, si l’on considère le nombre de disques vendus; une immense souffrance si c’est son existence qui est prise en compte. Evidemment, l’un ne va pas sans l’autre et le film témoigne des deux.

Rejeté par un père intransigeant, Claude François a mis toute sa force dans sa carrière de chanteur avec l’objectif tyrannique de prouver qui il est et de se faire aimer. Chanteur pour midinettes, artiste kitsch, il a donné une autre mesure de lui-même avec «Comme d’habitude», sa plus belle chanson. Et lorsque Sinatra la reprend, offrant à Cloclo la preuve qu’il est devenu quelqu’un, c’est aussi la plus belle scène du film.

Ce destin pathétique joliment raconté par Siri repose sur l’étonnante performance de Jérémie Renier. L’acteur belge incarne ici l’opposé des rôles que lui confient les frères Dardenne. Il s’est imprégné de Claude François, joue l’amoureux, le surexcité, l’idole, le despotique tout à la fois. Tout, dans son personnage, se construit sur l’apparence et le vide, embusqué derrière le luxe, se creuse un peu plus à chaque séquence. Gardant sur son visage un fil de mélancolie, signe du manque qui éperonnait le chanteur, Renier rappelle que ni la gloire ni l’artifice n’ont pu réduire la souffrance de l’homme.

Note: 12

Geneviève Praplan