13 Tzameti

Affiche 13 Tzameti
Réalisé par Gela Babluani
Pays de production France
Année 2005
Durée
Musique East
Genre Thriller
Distributeur MK2 Diffusion
Acteurs Aurélien Recoing, Georges Babluani, Augustin Legrand, Philippe Passon, Pascal Bongard
N° cinéfeuilles 523
Bande annonce

Critique

Gela Babluani est géorgien d'origine. Son cinéaste de père l'envoie étudier en France à 17 ans, avec ses deux frères dont Georges, qui incarne le héros de son thriller. Film sombre, en noir et blanc, qui ouvre d'étranges fenêtres sur la perversité humaine.

Sébastien (Georges Babluani) est un jeune homme qui gagne quelques sous en réparant une villa délabrée en bord de mer occupée par une jeune femme qui soigne et protège un personnage énigmatique et égrotant, Jean-François Godon (Philippe Passon), épié par un homme planqué dans une voiture. Alors que Sébastien vaque sur le toit, son attention est attirée par Godon qui, se promenant sur la plage, s'effondre, saisi par un malaise. Ramené à l'intérieur, il attend une lettre avec impatience. A l'arrivée et à la lecture de celle-ci, il s'enferme dans la salle de bain et se suicide dans la baignoire par surdose. La jeune femme prend connaissance de la lettre qu'elle pose sur un guéridon mais un courant d'air la fait passer par la fenêtre. Sébastien la trouve à son tour, en extrait un billet de train, une facture d'hôtel et un carton portant le numéro 13.

Ignorant qu'il est sous surveillance, le jeune homme utilise le billet et loge à l'hôtel indiqué, où il reçoit des instructions par téléphone. Comptant pouvoir compenser la perte financière subie sur le chantier, il y donne suite, sans se douter qu'il va entrer dans un funeste engrenage.

Avec des moyens très modestes (on pense un peu au Luc Besson du DERNIER COMBAT), Gela Babluani parvient à créer une atmosphère oppressante à souhait. Cela frise Hitchcock, en plus morbide. La plus grande partie se déroule en huis clos, avec un suspens d'autant plus aigu que l'on se sent plus voyeur que spectateur. La démonstration des extrémités auxquelles peut pousser la folie du jeu est effrayante. On se prend à espérer que des pratiques aussi malsaines n'existent que dans l'esprit un peu tordu d'un scénariste inventif, mais l'actualité, hélas (notamment les horreurs téléchargées par des jeunes sur leurs téléphones mobiles), n'est pas là pour nous rassurer.

13 TZAMETI a remporté le Lion du Futur à Venise en 2005 et un grand prix au Festival Sundance. Il est récompensé pour des qualités certaines, qui ne sont toutefois pas pour tous les yeux.

Daniel Grivel