Millions

Affiche Millions
Réalisé par Danny Boyle
Pays de production Grande-Bretagne, U.S.A.
Année 2004
Durée
Musique John Murphy
Genre Comédie dramatique, Thriller
Distributeur Pathé Distribution
Acteurs James Nesbitt, Alex Etel, Lewis McGibbon, Daisy Donovan, Christopher Fulford
Age légal 7 ans
Age suggéré 10 ans
N° cinéfeuilles 508
Bande annonce

Critique

Danny Boyle (PETITS MEURTRES ENTRE AMIS, TRAINSPOTTING, LA PLAGE...) adopte ici un ton plus léger, effleurant même le fantastique. Son nouveau film est une sorte de fable sur le bon usage de l'argent.

Anthony (Lewis McGibbon) et son frère Damian (Alex Etel) sont deux gamins qui viennent d'emménager avec leur père veuf (James Nesbitt) dans un pavillon de banlieue. Le premier est déluré et débrouillard; le second, qui aime se réfugier dans la cabane en carton qu'il a construite au bord de la voie ferrée, est plus rêveur - mystique, il a des visions de saints qui lui donnent des conseils.

Alors que la Grande-Bretagne s'apprête à entrer dans la zone euro, une main inconnue balance par la porte d'un wagon un gros sac de sport qui, à force de rebondir, vient écraser la cabane en carton. Damian découvre le contenu: une montagne de billets de banque bientôt obsolètes. Il décide d'en faire profiter les pauvres, mais commet l'erreur de montrer sa trouvaille à son frère qui, les pieds bien sur terre, ne l'entend pas de cette oreille, car il a bien l'intention de profiter de cette manne inattendue.

Le magot est le résultat du braquage d'un fourgon bancaire plein de billets destinés à être incinérés, et les malfrats, qui ont semé leur butin tel le Petit Poucet, sont décidés à récupérer le sac manquant. Commence alors une course-poursuite haletante, et une course contre la montre (il s'agit de monnayer l'argent avant sa mise hors service). Les enfants et leur père vont être entraînés dans moult péripéties.

Plein d'énergie et d'imagination, porté par une musique efficace, MILLIONS est une jolie comédie que ceux qui n'aiment pas les bons sentiments trouveront mièvre...

Daniel Grivel