Rachida

Affiche Rachida
Réalisé par Yamina Bachir-Chouik
Pays de production Algérie, France
Année 2002
Durée
Musique Anne-Olga De Pass
Genre Drame
Distributeur Les Films du Paradoxe
Acteurs Ibtissem Djouadi, Bahia Rachedi, Rachida Messaouden, Zaki Boulenafed, Amel Chouikh
N° cinéfeuilles 438
Bande annonce

Critique

Rachida, 20 ans, travaille comme institutrice dans un quartier populaire d'Alger. Un jour elle est agressée par un ancien élève, Sofiane, et trois autres garçons qui lui intiment l'ordre de déposer une bombe dans son propre établissement scolaire. Comme elle refuse de le faire, ils usent de leurs armes et la laissent pour morte. Blessée, traumatisée, elle quitte la ville avec sa mère et se réfugie dans un village de montagne. Mais le mouvement terroriste retrouvera ses traces...

Le cinéma algérien est si rare qu'on aurait tort de passer sous silence le premier film de Yamina Bachir-Chouik, qui évoque, à travers la vie d'une jeune institutrice, les heures difficiles que connaît aujourd'hui l'Algérie. La qualité de RACHIDA est d'oser dire les choses, de montrer l'omniprésence de la peur et de la terreur, en même temps que de rappeler le dénuement et l'innocence - bien souvent - des victimes. Entièrement tourné en Algérie avec de petits moyens, RACHIDA s'appuie sur des faits réels tout en cherchant à éviter la violence gratuite. Voilà un film courageux, sans ambiguïté, et qui est aussi une chronique villageoise, une description de la vie quotidienne, pleine d'inquiétudes, des habitants. On sent la cinéaste s'interroger sur les causes de la crise profonde qui secoue son pays, sur les motivations des mouvements terroristes, et sur les responsabilités que chacun devrait assumer devant les menaces, le chantage et les rackets. RACHIDA est un film grave, mais non dépourvu d'espoir. Dommage toutefois que la mise en scène, très plate, ne soit pas à la hauteur de la réflexion entreprise: tout cela manque un peu de vigueur et le ton - celui du réalisme - n'est pas toujours trouvé.

Antoine Rochat