Bienvenue en Suisse

Affiche Bienvenue en Suisse
Réalisé par Léa Fazer
Pays de production France
Année 2004
Durée
Genre Comédie
Distributeur Pathé Distribution
Acteurs Denis Podalydès, Emmanuelle Devos, Vincent Perez, Peter Wyssbrod, Walo Lüönd
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 482
Bande annonce

Critique

"Un Suisse romand d'origine a quitté sa patrie depuis longtemps lorsqu'il doit y retourner avec sa compagne, elle-même française, pour les obsèques de sa grand-mère. Là, un héritage aussi inattendu qu'important lui est promis à la condition qu'il paraisse capable, aux yeux de ses oncles, d'en faire bon usage.

Contrairement à son frère et à sa sœur, il échoue et s'apprête même à renoncer à sa part lorsque son cousin - plus suisse français tu meurs! - le persuade de tenter une seconde fois sa chance en renouant avec les valeurs helvétiques!

""On a beau avoir une idée très drôle, si on ne trouve pas la bonne branche, on ne fait rire personne."" Ces propos de la réalisatrice elle-même ne peuvent mieux résumer la pénible impression que nous laisse cette œuvrette. A insister sur le fait que les Suisses sont propres, ponctuels, amateurs de chocolat et de crème de Gruyère et que les Français sont sales, toujours en retard et illogiques avec leur soixante-quinze, à montrer qu'un Suisse authentique n'est reconnu qu'à condition de réussir une fondue, de savoir traire une vache et de parvenir à escalader une paroi de rocher, à multiplier ainsi les clichés sans les détourner, tout cela devient vite lassant. Comme l'écrivait un critique français: ""A ce point-là, on frôle l'acharnement patriotique!"" Entre l'élitisme des films de Godard et ce folklore bâtard, le cinéma suisse n'a-t-il donc rien d'autre à mettre en vitrine?



Georges Blanc





Inutile de revenir sur BIENVENUE EN SUISSE, dont Georges Blanc a déjà parlé (CF 482/3, Cannes, p. 20). On peut simplement se demander pourquoi cette mauvaise pochade franco-suisse a été présentée en ouverture officielle de la section ""Un certain regard"" au denier Festival de Cannes. Comment un tel long métrage, construit à la va-comme-je-te-pousse, a-t-il pu décrocher cet honneur? Le film sort ces jours-ci en France et en Suisse romande: on attend avec curiosité les réactions des uns et des autres (la satire s'adresse en effet aussi à nos voisins). Un match nul en perspective. Dans tous les sens du terme.



Antoine Rochat"

Ancien membre