Nathalie Boutefeu

Photo de Nathalie Boutefeu

Biographie

Née à Dijon, Nathalie Boutefeu grandit en région parisienne et plus précisément à Paris, où elle suit le Cours Simon pour les lycéens. Elle part ensuite pour le Conservatoire national de Strasbourg de 1989 à 1992, puis débute sa carrière et commence par faire du théâtre avant de jouer dans ses premiers films réalisés par quelques cinéastes de la génération montante des années 1990.

Elle obtient son premier rôle au cinéma dans la comédie dramatique Confessions d'un barjo de Jérôme Boivin, puis se spécialise dans les drames avec Marco Bellocchio (Le Reve du papillon, 1994) ou encore Olivier Assayas (Irma Vep, 1995) et Eric Heumann (Port Djema, 1996). Parallèlement, elle participe à des courts métrages et des téléfilms pour exercer son métier d’actrice. Mais sa rencontre avec Jérôme Bonnell va s’avérer déterminante pour sa carrière : il en fait son actrice fétiche et fait appel à ses talents à de nombreuses reprises. En effet, le jeune cinéaste lui offre le rôle principal de son premier court-métrage, Fidèle (1999). Un titre évocateur puisque Fidèle est la première étape d'une complicité réaffirmée à chacune de ses collaborations avec Bonnell. Ainsi, après quelques autres courts-métrages, elle donne la réplique à Serge Riaboukine dans le premier long-métrage du cinéaste, Le Chignon d'Olga (2002), avant de porter littéralement sur ses épaules Les Yeux clairs (2004), dans lequel elle incarne une jeune femme marginale et lunaire. Elle retrouve Bonnell dans J'attends quelqu'un (2007) mais n’y fait une apparition qu'en guise de clin d’œil.

En dehors de cette fidélité envers Bonnell, Nathalie Boutefeu se fait surtout remarquer pour ses seconds rôles et son inclinaison à jouer essentiellement dans des drames ou des comédies dramatiques qui abordent des sujets assez lourds : que se soit chez Bonitzer (Rien sur Robert, 1998), Deville (La Maladie de Sachs, 1999), ou dans des productions plus grand public comme La Bicyclette bleue, fiction dans laquelle Boutefeu incarne une femme coupable de trahison pour avoir eu une liaison avec un officier allemand, la comédienne s’illustre dans des rôles difficiles. Elle poursuit sur cette lancée en 2001, avec le drame familial franco-espagnol Pau et son frère avant d'incarner Pascaline dans A+ Pollux (2002) de Luc Pagès. Sa gravité lui vaut de signer de prestigieuses collaborations avec des grands noms du cinéma français : elle collabore ainsi avec Chéreau (Son frère, 2003), Desplechin (Rois & reine, 2004), ou encore Claude Miller (Un secret, 2007).

Ses choix de carrière, relativement auteuristes, ne la font pas forcément connaître du grand public, mais elle commence à se faire une solide place dans le milieu, puisqu’elle reçoit en 2006 le prix Suzanne-Bianchetti, qui récompense chaque année « la jeune actrice la plus prometteuse », mais aussi le Grand Prix du meilleur scénariste pour son premier long-métrage, Des bonnes en 2009 (elle avait déjà réalisé plusieurs courts-métrages auparavant, dont Comme c'était bien, en 1999, et Les Coquilles en 2003). En 2006 débute sa collaboration avec le cinéaste Sébastien Betbeder avec qui elle tourne deux courts métrages avant de jouer dans Nuage (2007), dans lequel elle apparaît pour la première fois dans un film fantastique. Même si elle change de registre, le sujet du film n’en demeure pas plus léger : l'actrice y incarne Clara, une jeune fille qui tombe amoureuse d'un accidenté de la route qu'elle retrouve dans un champ. Grande aficionado des thèmes dramatiques, voire tragiques, elle participe ainsi au désœuvré A l'origine (2009), au succès du déjà culte Polisse (2011), ainsi qu'au thriller dramatique franco-allemand Tue-moi (2012).

A joué dans