Lubna Azabal

Photo de Lubna Azabal

Biographie

Lubna Azabal débute sa carrière au théâtre en Belgique. Elle fait ses premières armes devant la caméra de Vincent Lannoo pour le court métrage J'adore le cinema en 1997. Titre de bon augure puisque André Techiné l'engage pour les besoins de Loin, un drame qui la révèle véritablement en 2001 aux côtés de Stéphane Rideau. La même année, elle enchaîne avec le tournage des Siestes grenadine sous la direction de Mahmoud Ben Mahmoud.

En 2002, Lubna Azabal tient le haut de l'affiche d'Un monde presque paisible, film de Michel Deville où elle incarne une jeune femme juive reprenant le travail dans un atelier de confection après la guerre. Jouant les belles immigrées libérées dans Viva Laldjérie (2004), 25 degrés en hiver (id.) et Exils (id.), un road movie de Tony Gatlif qui marque sa première venue à Cannes, la comédienne continue à privilégier le cinéma d'auteur, tournant aussi bien sous la direction de réalisateurs expérimentés comme André Téchiné (Les Temps qui changent, 2005) que de cinéastes débutants comme Jalil Lespert (24 mesures, 2007).

Après un détour par la grosse production Mensonges d'Etat (2008) de Ridley Scott, portée par Leonardo DiCaprio et Russell Crowe, elle revient au cinéma indépendant en incarnant la mère des jumeaux en quête vérité sur leur passé dans Incendies, qui rencontre un grand succès en France. Pour ce rôle, elle remporte plusieurs nominations et prix. La comédienne poursuit avec Les Hommes libres aux côtés du très en vogue Tahar Rahim. Toujours attachée au cinéma d'auteur, elle retrouve Jalil Lespert pour Des vents contraires en 2011, et tient le haut de l'affiche de Goodbye Morocco un an plus tard, un drame sur fond de problématiques idéologiques et religieuses.

A joué dans