Jean Reno

Photo de Jean Reno

Biographie

Né de parents andalous ayant fui en Afrique du nord pour échapper au franquisme, Jean Reno, né Juan Moreno, suit les cours du Conservatoire de Casablanca avant de s'installer à Paris en 1970. Il fait ses débuts au cinéma en 1978, en tant que figurant dans L'Hypothèse du tableau volé de Raoul Ruiz. Sa rencontre en 1980 avec Luc Besson, alors premier assistant sur Les Bidasses aux grandes manoeuvres, s'avère décisive. Le réalisateur l'engage pour L'Avant dernier (1981), un court métrage qui préfigure Le Dernier combat, tourné en 1983. Luc Besson lui confie ensuite un petit rôle dans Subway en 1985, avant de le retrouver dans Le Grand bleu (1988) et Nikita (1990) et d'en faire le héros de Léon en 1994.


S'orientant à l'aube des années 90 vers la comédie populaire, Jean Reno entame une fructueuse et lucrative collaboration avec Christian Clavier, lui donnant la réplique à cinq reprises, dans Opération corned-beef (1991), la saga moyenâgeuse des Visiteurs (Les Visiteurs, Les visiteurs 2 et Les Visiteurs en Amérique) et L'Enquête corse (2004), adaptation de la célèbre BD de Pétillon. Faisant figure de grand balaise et de dur à cuire dans les films à tandem, il a pour partenaires de jeu Patrick Bruel dans Le Jaguar (1995) et Gérard Depardieu dans Tais-toi ! (2003), deux longs métrages signés Francis Veber. En 2001, il tente une incursion dans la comédie sentimentale avec Décalage horaire.


Parallèlement à ses gros succès hexagonaux, Jean Reno fait partie, à l'instar de Gérard Depardieu, des rares acteurs français à avoir mené une véritable carrière outre-Atlantique. C'est ainsi qu'il "s'habitue à la machine hollywoodienne" en rejoignant l'équipe de choc de Mission : impossible (1996), en combattant le Godzilla (1998) de Roland Emmerich et en jouant les espions aux côtés de Robert De Niro dans Ronin (id.). De retour en France, il s'immerge dans l'univers de l'écrivain Jean-Christophe Grangé en prêtant à deux reprises son physique massif au commissaire Pierre Niemans dans Les Rivières pourpres (2000) et sa suite Les Anges de l'apocalypse (2004) et en affrontant L'Empire des loups (2005) de Chris Nahon.


Après avoir tourné pour l'Italien Roberto Benigni dans Le Tigre et la neige (2005), il enchaîne immédiatement deux productions hollywoodiennes en 2006 avec La Panthère Rose, où il incarne le gendarme Ponton, et le Da Vinci code de Ron Howard, adaptation du best-seller de Dan Brown.


Après la sortie de La Panthère Rose 2 en 2009, il apparaît début 2010 dans deux productions françaises : L'Immortel de Richard Berry et La Rafle, film de Roselyne Bosch qui met en scène la rafle du Vel' d'hiv'. Jean Reno y partage l'affiche avec Mélanie Laurent et Gad Elmaleh. Il continue à participer par ailleurs à de nombreux projets américains dont Blindés de Nimrod Antal et Margaret de Kenneth Lonergan, où il joue aux côtés de Matt Damon.


En 2011, il accepte d’interpréter le docteur Luix pour son ami de longue date Christian Clavier qui s'essaie pour la première fois à la réalisation avec On ne choisit pas sa famille. Avec Clavier, cette comédie aventureuse affiche Jean Reno aux côtés de Muriel Robin et Helena Noguerra. Il poursuit avec la comédie culinaire Comme un chef (2012) aux côtés de Michael Youn puis refait équipe avec Roselyne Bosch pour les besoins d'Avis de mistral (2014).


Après l'échec du polar Antigang, Jean Reno est attendu en 2016 dans Les Visiteurs - La Révolution qui fait suite directe au second opus de 1998 Les Visiteurs 2 : Les couloirs du temps. Il y interprète à nouveau son personnage culte du comte Godefroy de Montmirail toujours aux côtés de Clavier et sous la direction de Poiré.

A joué dans