Kevin Spacey

Photo de Kevin Spacey

Biographie

Fils d'une secrétaire et d'un rédacteur technique, la situation précaire de ses parents mène le jeune Kevin Spacey à déménager de manière régulière à travers le pays. Très agité, le turbulent Kevin est un enfant difficile : il est même placé dans un établissement militaire dont il se fait renvoyer au bout de quelques mois seulement. Peu après, il trouve enfin sa voie : il prend des cours de comédie au lycée et découvre dans le théâtre un excellent moyen de canaliser son énergie. Passionné depuis son plus jeune âge, il accumule un savoir encyclopédique sur le sujet et décide rapidement de se lancer dans une carrière d’acteur.

Il commence par imiter des célébrités comme James Stewart et Johnny Carson sur les circuits amateurs avant de s’inscrire aux cours d'art dramatique de Juilliard sur les conseils d'un de ses amis de classe, Val Kilmer ! Il y reste deux ans, de 1979 à 1981, puis signe ensuite avec la troupe du New York Shakespeare Festival et monte sur la scène de Broadway à plusieurs reprises : Henri IV de Shakespeare, Le Misanthrope de Molière, La Mouette d'Anton Tchekhov, ou encore Le Limier d'Anthony Shaffer et surtout Le Long Voyage vers la nuit d'Eugene O’Neill sont tant de pièces qui permettent au jeune comédien de faire ses preuves et de côtoyer de grands acteurs, comme Jack Lemmon, son idole de toujours.

Après avoir accumulé un bagage culturel considérable grâce à ces 5 ans passés sur les planches, Spacey débute ensuite sa carrière cinématographique en 1986 avec un petit rôle dans La Brûlure de Mike Nichols, aux côtés de Jack Nicholson et Meryl Streep. Il joue par la suite dans plusieurs séries policières : The Equalizer, puis Un Flic dans la Mafia, où il interprète le rôle du trafiquant Mel Profitt durant huit épisodes. La maîtrise et l'inventivité déployées par Spacey dans la composition de son personnage témoignent de son expérience théâtrale et lui permettent de se faire remarquer dans le milieu. Cependant, le succès se fait attendre : l’acteur ne trouve toujours pas de rôles à sa mesure et enchaîne majoritairement des téléfilms, comme L'Avocat des damnés, fiction dans laquelle il prête ses traits Clarence Darrow avec conviction, allant jusqu’à prendre du poids pour incarner au mieux cette figure controversée.

L'acteur éprouve un malin plaisir à collectionner les personnages de "méchant" : voisin intrigant dans Jeux d'adultes (1992) ou cadre sadique à Hollywood dans Swimming With Sharks (1995), Kevin Spacey commence à se forger une personnalité mystérieuse et une réputation d’expert dans le registre de la folie et ses dérivés. Il alterne le plus souvent entre séduction, sentiments troubles, perversité fine et folie manipulatrice. Il peaufine cette image en endossant le rôle du terrifiant John Doe, le tueur psychopathe de Se7en, avant d’enchaîner sur un autre rôle emblématique qui achève son entreprise de starification : celui du truand veule, obséquieux et manipulateur de Usual Suspects, film pour lequel il obtient l’Oscar du Meilleur second rôle en 1996. Il continue de cultiver une certaine ambiguïté dans ses choix suivants, que ce soit en policier dans L.A. Confidential ou en homme d’affaires aux mœurs dissolues dans Minuit dans le jardin du bien et du mal.

Désormais connu et reconnu à l’échelle mondiale (impossible d'oublier ses rôles dans Usual Suspects et Seven !), Kevin Spacey collabore avec les plus grands, comme Dustin Hoffman (Alerte, 1994), Al Pacino (Looking for Richard, 1996) ou Samuel L. Jackson (Négociateur, 1998), et s’essaye à la réalisation avec le polar Albino Alligator (1996), expérience qu’il réitèrera en 2004, avec Beyond the Sea, un biopic sur le crooner Bobby Darin. Il se hisse définitivement au panthéon d’Hollywood en 2000, avec son rôle de quadragénaire cynique et désabusé dans American Beauty, prestation qui lui vaut de remporter l’Oscar du Meilleur acteur. Au cours de la décennie suivante, ses succès sont moindres malgré le nombre et la diversité de ses projets : Ordinary Decent Criminal (1999), Un Monde meilleur (2000), K-Pax, l'homme qui vient de loin (2001), Terre Neuve (2002) et Edison (2004) n'ont pas marché au box office, contrastant avec ses réussites précédentes.

En dépit de son image d’acteur retors, Kevin Spacey montre que son orientation de carrière est plus nuancée qu’il n’y paraît, en s’engageant par exemple dans des projets plus intimistes dénonçant l’abomination de l’être humain, comme La Vie de David Gale (2003), Recount (2008) ou encore Moon (2009) ; thématique humaniste qu’il avait déjà amorcée à ses débuts dans L'Avocat des damnés (1991). L’acteur oscille constamment entre ses deux facettes, bien que l'on puisse tout de même déceler une prédominance des rôles sadiques : Lex Luthor dans Superman Returns, diabolique professeur de poker dans Las Vegas 21, militaire corrompu dans Les Chèvres du Pentagone, patron exécrable dans Comment tuer son Boss ? ou requin de la finance sans états d’âme dans Margin Call, Kevin Spacey renforce davantage sa réputation de vile crapule en s’illustrant majoritairement dans des rôles détestables.

Comme beaucoup d'acteurs chevronnés, Kevin Spacey ne résiste pas à l'appel du petit écran et ses séries de qualité. Ainsi, dans House of Cards, il campe Frank Underwood, un homme politique rusé de Washington, prêt à tout pour conquérir le poste "suprême".

Malgré une carrière cinématographique très prolifique, Kevin Spacey est toujours animé d’une passion incommensurable pour le théâtre, ce qui le pousse à retourner régulièrement sur les planches. Il se qualifie lui-même comme « un homme de théâtre avant tout », raison pour laquelle il devient le directeur artistique du théâtre de l'Old Vic à Londres en 2003, se fixant pour mission de redorer le blason de cette institution. Investi d’une véritable mission et motivé par une ferveur inaltérable, il donne également de nombreuses masterclasses et se fait l'ambassadeur infatigable du théâtre vivant des deux côtés de l'Atlantique depuis de nombreuses années.

A joué dans