Joaquin Phoenix

Photo de Joaquin Phoenix

Biographie

Joaquin est le seul enfant de la famille Phoenix à ne pas porter un nom en relation avec la nature (comme ses aînés River et Rain, ainsi que sa cadette Summer). Frustré, l'acteur adopte le prénom de "Leaf" (feuille) pour l'abandonner dans les années 90. Son enfance est nomade, puisque ses parents, cueilleurs de fruits itinérants, parcourent le continent nord-américain dans une caravane et fréquentent la secte des Enfants de Dieu. Encouragé par sa famille, le comédien débute très tôt sa carrière d'acteur. A peine âgé de 8 ans, Joaquin apparaît dans la série TV Seven Brides for Seven Brothers aux côtés de son frère River et de Richard Dean Anderson, puis deux ans plus tard, dans un épisode de la série Arabesque. Il lui faut toutefois attendre 1987 pour tourner son premier long-métrage, Spacecamp.

Fils de Dianne Wiest dans Portrait craché d'une famille modèle (1989) de Ron Howard, il se fait remarquer en incarnant le très influençable Jimmy, amoureux embobiné par Nicole Kidman dans Prête à tout (1995) de Gus Van Sant. Aimant à composer des personnages marginaux et inquiétants, il se voit confier les rôles du fiancé violent de Claire Danes dans U-Turn (1997) d'Oliver Stone, d'un gérant de sex-shop dans le thriller 8mm (1999), d'un ami peu recommandable dans The Yards (2000) qui marque sa première collaboration avec James Gray.

La même année, Phoenix se fond dans la peau de l'empereur honni Commode que Russell Crowe poursuit de son désir de vengeance dans Gladiator de Ridley Scott. Cette galerie de personnages pour le moins antipathiques ne l'empêche pas pour autant d'interpréter de véritables "héros" : frère renfermé et courageux de Mel Gibson aux prises avec les extraterrestres de Signes (2002) de M. Night Shyamalan, il s'aventure dans les bois environnant Le Village (2004) de nouveau pour le réalisateur d'origine indienne. Cette prestation toute en intériorité révèle une fois de plus les facettes du jeu de Phoenix, toujours très impliqué dans ses personnages jusqu'à se fondre en eux. En 2005, l'artiste s'improvise pompier pour les besoins de Piège de feu (2005) de Jay Russell aux côtés de John Travolta.

En 2005 toujours, Joaquin apparaît brièvement dans Hotel Rwanda aux côtés de Don Cheadle et Nick Nolte. Mais c'est surtout son interprétation de Johnny Cash dans Walk the line (2005), aux côtés de Reese Witherspoon, qui reste l'un des rôles les plus marquants de sa carrière. Pour incarner le légendaire homme en noir, le comédien apprend à jouer de la guitare et interprète lui-même les chansons du film. Sa prestation lui vaut alors une nomination à l'Oscar du Meilleur Acteur en 2006 et remporte le Golden Globe dans la même catégorie. L'année suivante, Joaquin Phoenix retrouve le réalisateur James Gray, 8 ans après The Yards, pour La Nuit nous appartient où il incarne un patron de boite de nuit au centre du conflit qui oppose la police de New York à la mafia russe dans les années 80.

En 2008, Phoenix tourne une troisième fois sous la direction de James Gray avec Two Lovers. Cette fois, l'auteur met en scène un drame sur fond de romance. Le comédien campe Leonard, un jeune homme réservé et solitaire. Celui-ci est pris dans un dilemme cornélien, épouser Sandra qu'il n'aime pas pour faire plaisir à ses parents et s'assurer un avenir ou suivre Michelle, jolie blonde délurée mais dont il est amoureux transi. Encore une fois, Phoenix livre une performance remarquable aux côtés d'une Gwyneth Paltrow ardente.

L'année qui suit, l'acteur fait sensation en annonçant sa retraite du monde du cinéma pour se consacrer à la musique. En réalité, il s'agit d'un buzz autour du faux documentaire que tourne Casey Affleck, I'm Still Here. Pendant un an, le frère de Ben Affleck suit le faux Phoenix censé être en dépression ; entre propos haineux envers le monde du show business, provocations et bagarres, le comédien se fond complètement dans ce faux lui-même jusqu'à grossir et se laisser pousser une longue barbe. Le canular fonctionne tellement bien que l'acteur commence à vraiment s'attirer les foudres du public et de la profession. Casey Affleck dévoile alors publiquement le canular afin de ne pas nuire à son projet.

Joaquin Phoenix ne prend donc pas sa retraite et tourne en 2012 sous la houlette du réalisateur de renom Paul Thomas Anderson pour The Master. Phoenix campe Freddie, un vétéran de la guerre alcoolique et dépressif qui tombe sous le joug d'un gourou de secte campé par Philip Seymour Hoffman.

A joué dans