Plus jamais

Affiche Plus jamais
Réalisé par Michael Apted
Pays de production U.S.A.
Année 2002
Durée
Musique David Arnold
Genre Thriller, Drame
Distributeur Columbia TriStar Films
Acteurs Jennifer Lopez, Juliette Lewis, Billy Campbell, Tessa Allen, Christopher Maher
N° cinéfeuilles 443
Bande annonce

Critique

Le réalisateur Michael Apted est anglais. Ce n'est que vers la quarantaine qu'il s'est approché d'Hollywood. Le succès ne l'a pas ignoré, peut-être au prix de son indépendance: il a filmé notamment Sigourney Weaver parmi les singes, avec GORILLES DANS LA BRUME, Jodie Foster dans NELL, et signé un James Bond, LE MONDE NE SUFFIT PAS. Mais bien plus que ces fictions, INCIDENT A OGLALA, beau et cruel documentaire sur les Indiens des réserves produit par Robert Redford, mérite qu'on retienne son nom de réalisateur. Le film n'a été distribué qu'avec une extrême parcimonie, on s'en doute. Avec PLUS JAMAIS, Apted semble hésiter entre le film psychologique et le policier. Il retombe dans un scénario douceâtre dont Gracie (Tessa Allen, 5 ans), risque à tout moment de devenir l'otage.

Slim (Jennifer Lopez) fait un très beau mariage avec Mitch (Billy Campbell), ils ont très vite une petite fille qui les comble. Mais après quelques années de bonheur, Mitch se révèle être d'une violence extrême. Slim devient une femme battue et s'enfuit avec son enfant. Son mari, richissime, a les moyens de la retrouver. La romance sombre alors dans le cauchemar. Evidemment non, PLUS JAMAIS n'est pas un film psychologique. Ses personnages sont mal campés, rarement crédibles, en tout point conformes aux modèles clé en main parmi lesquels se servent les metteurs en scène hollywoodiens. Les femmes battues ne gagnent rien avec cette histoire qui semble écrite à la gloire de Jennifer Lopez, un peu comme Steven Soderberg a réalisé ERIN BROCKOVICH pour Julia Roberts. L'héroïne échappe à la plupart des graves questions inhérentes au sujet. On se trouve plutôt ici dans le registre du chat et de la souris. Policier, alors? Eventuellement, bien que tout l'enjeu du film se limite au souci de voir le bon triompher du méchant, le faible du fort, et finalement, la femme de l'homme. Course-poursuite agaçante par ses invraisemblances, PLUS JAMAIS fait surtout fi du bouillonnement de sentiments contradictoires qui devraient hanter ses protagonistes.

Geneviève Praplan