Cité de Dieu (La)

Affiche Cité de Dieu (La)
Réalisé par Fernando Meirelles
Pays de production Brésil
Année 2002
Durée
Musique Antonio Pinto
Genre Drame
Distributeur Mars Distribution
Acteurs Alexandre Rodrigues, Leandro Firmino da Hora, Phellipe Haagensen, Seu Jorge, Douglas Silva
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 438
Bande annonce

Critique

"Rio de Janeiro, fin des années soixante. ""Fusée"" est un gamin de onze ans de la Cicade de Deus, une banlieue de la capitale. Plutôt timide il observe les jeunes durs de son quartier, dans leurs vols, leurs rixes, leurs heurts quotidiens avec la police. Il a le projet - s'il réussit à survivre à toute la violence qui l'entoure - d'apprendre un métier, celui de photographe. Quant à ""Petit Dé"", un enfant du même âge, il rêve de devenir le plus grand chef de gang de Rio et il commence son apprentissage en rendant de menus services à la pègre locale.

Fernando Meirelles, cinéaste brésilien, a adapté un roman de Paulo Lins qui décrit la montée du crime organisé dans la banlieue et les favelas de Rio de Janeiro, de la fin des années 60 jusqu'au début des années 80. L'action est commentée par Fusée, et c'est à travers ses yeux que nous voyons vivre, se battre, aimer et mourir des dizaines de personnages de la cité dont les destinées s'entremêlent au fil du temps qui passe.

Il n'était pas facile de condenser en deux heures une œuvre littéraire de plus de 600 pages rassemblant plus de 300 personnages: le film pèche par excès de fidélité au livre et se transforme malheureusement - dès micourse - en une suite de violents règlements de comptes. Les gangsters ont beau être très jeunes, une réflexion aurait dû s'instaurer sur ce climat de violence extrême et de décomposition sociale. Mais elle ne peut jamais se faire tant l'histoire est touffue et traversée de façon récurrente par les coups de feu, le bruit des armes et les meurtres en séries. Il y aurait eu beaucoup à dire sur les favelas, le trafic des stupéfiants, sur la vie très dangereuse des enfants souvent fauchés en pleine jeunesse, sur l'apathie et la résignation des habitants de ces quartiers face au cycle ininterrompu des crimes: ""Un gosse de 16 ans sait aujourd'hui qu'il a derrière lui ses plus belles années et il peut s'estimer heureux de survivre encore trois ou quatre ans. Il se sait condamné à mourir dans la fleur de l'âge, et semble l'accepter comme une fatalité incontournable"". Une réflexion sur ce gâchis aurait pu constituer le thème central du film.

Reste, dans LA CITE DE DIEU, le regard et la patte d'un excellent cinéaste. La narration - en dépit de l'option choisie de ne rien laisser de côté - est originale. Fernando Meirelles a réussi à recruter et à former (ce qui lui a pris une année) la centaine de jeunes de 12 à 19 ans - une majorité de mulâtres et de noirs - qui tiennent des rôles dans le film: le résultat est surprenant de réalisme et de vérité.

LA CITE DE DIEU reste un long métrage violent et désespéré, qui hésite entre le constat social et le film d'action. Malheureusement le réalisateur n'a pas su prendre le recul nécessaire.



Antoine Rochat





Les premières images du film donnent le ton de cette œuvre retraçant la tragique destinée des enfants qui hantent les favelas de Rio de Janeiro. C'est un poignard que l'on aiguise à coups précis et nerveux. Un poignard pour vivre, lorsqu'il est utilisé pour apprêter la volaille du repas, un poignard pour survivre, dans un milieu où la violence l'emporte sur les sentiments.

De cette œuvre - importante par le terrible constat social qu'elle établit, mais peut-être trop violente dans son expression visuelle - Antoine Rochat en a fait une analyse fouillée dans le n. 438 de notre revue (p. 23).



Georges Blanc"

Ancien membre