Raid (Le)

Affiche Raid (Le)
Réalisé par Djamel Bensalah
Pays de production France
Année 2001
Durée
Musique Barry Adamson
Genre Comédie
Acteurs Lorànt Deutsch, Hélène de Fougerolles, Roschdy Zem, Atmen Kélif, Julien Courbey
N° cinéfeuilles 434
Bande annonce

Critique

"Pour ce qui en est de l'aventure, sachez que vous resterez sur votre faim: le titre ne tient pas ses promesses. LE RAID n'est qu'une suite de scènes plaquées artificiellement les unes à côté des autres, avec un fil conducteur si mince qu'il se casse à tout moment. Inutile donc de trop s'attacher au synopsis.

Quatre petits malfrats sans envergure se font passer pour des sportifs de haut niveau et s'engagent dans un ""raid"" qui va les mener du Québec en Patagonie. Se greffe là-dessus, pour faire bon poids, une intrigue policière: leur ""mission"" est d'assassiner en route - on n'en connaît guère la raison - et pour quatre millions de dollars, la capitaine de leur équipe, une jeune et riche héritière.

LE RAID se résume à un scénario fait de bouts de ficelle(s), à un patchwork de scènes laborieusement construites où chacun des acteurs (ils sont français, voir générique!) peut ainsi trouver l'occasion de faire une énième fois son numéro comique éculé. Tout cela sur un fond caricatural de cabaret louche, d'aventure bidon (on aurait pu imaginer un gorillage TV du Paris-Dakar, mais non), de pseudo-thriller et d'effets spéciaux trop attendus. Cette histoire de Pieds Nickelés de deuxième catégorie, dégonflés et vulgaires, se veut sans doute un divertissement proche de la bande dessinée, mais n'est finalement qu'une comédie grossière qui va à vau-l'eau. Les dialogues étouffent l'action (il faut parfois recourir au sous-titrage tant le langage est ""branché""), la satire télé ne décolle jamais et les paysages semblent sortis tout droit d'une collection de photos ""chromo"".

LE RAID est un film sans intérêt où les protagonistes passent leur temps à brailler ou à s'engueuler (vulgarité quand tu nous tiens...), où la musique emprunte éhontément à la bande-son d'APOCALYPSE NOW (hélicoptères obligent!), et le tout est à l'avenant. En voiture ou en bateau, sur terre ou sous l'eau, en avion ou en parachute (de toute façon on vole bas), on a droit à tous les clichés. Vous voilà avertis."

Antoine Rochat