Annette

Affiche Annette
Réalisé par Leos Carax
Titre original Annette
Pays de production France, U.S.A., Mexique, Suisse, Belgique, Allemagne, Japon
Année 2021
Durée
Musique Russell Mael, Ron Mael
Genre Comédie musicale, Romance, Drame
Distributeur Filmcoopi
Acteurs Marion Cotillard, Adam Driver, Simon Helberg, Devyn McDowell, Russell Mael, Ron Mael
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 860

Critique

Neuf ans après Holy Motors, Leos Carax revient avec un drame musical noir et poétique. Film d’ouverture du dernier Festival de Cannes, Annette est une œuvre grandiose qui subjugue.

 

Écran noir. Leos Carax en personne nous somme de garder le silence durant le récit qui va suivre. La lumière scintille au rythme des amplis d’un groupe de musique qui s’installe dans un studio d’enregistrement. Le groupe, c’est Sparks (composé des frères Ron et Russel Mael, également à l’écriture du scénario). Des notes de piano se font entendre et l’hymne So May We Start donne les premiers frissons. Les musiciens, accompagnés du réalisateur, investissent les rues environnantes en chantant, rejoint au fur et à mesure par les protagonistes. Le film peut dès lors commencer.


Ann (Marion Cotillard) est une cantatrice de renom. Henry (Adam Driver), un humoriste provocateur mais adulé. À eux deux, ils forment le couple glamour dont les moindres faits et gestes sont commentés par le tout Los Angeles. La naissance de leur fille, Annette (dont nous tairons la représentation onirique, superbe idée de mise en scène), est certes un événement public, mais surtout un tournant dans leur vie privée. Alors que la carrière d’Ann s’envole, Henry sombre dans ses névroses, accompagné par l’alcool et la dépression. Pour remonter la pente, toute la famille s’en va en mer faire une virée en bateau. Rapidement, la tempête fait rage et mènera le couple au naufrage.


Le terme de chef-d’ œuvre - trop souvent galvaudé - sied à merveille à Annette tant le film déborde d’idées et tutoie la perfection à bien des égards. Du point de vue de la réalisation et de la mise en scène, tout d’abord. Les nombreuses séquences virtuoses (celle dite « du chef d’orchestre », pour n’en citer qu’une, est fantastique) transforment le film en une expérience inoubliable. À cela, s’ajoute l’interprétation impeccable de chaque acteur et actrice, d’une intensité qui n’a d’égale que la bande originale magistrale. Enfin, la multitude de thématiques abordées (allant du star system aux relations conjugales, en passant par la dépendance et l’éducation) font d’Annette une œuvre flamboyante, tantôt lyrique, tantôt tragique.


Le film se termine en apothéose dans un final où, toujours en chanson, Annette et son père engagent une conversation ardente et où la représentation métaphorique de la petite fille prend tout son sens. Lauréat du prix de la mise en scène à Cannes, Annette devrait aisément se positionner sur le podium des innombrables classements qui fleurissent chaque fin d’année. Et il y a de grandes chances qu’on en fasse autant.

Marvin Ancian

Appréciations

Nom Notes
Marvin Ancian 19
Serge Molla 16