Storytelling

Affiche Storytelling
Réalisé par Todd Solondz
Pays de production U.S.A.
Année 2001
Durée
Musique Nathan Larson
Genre Comédie dramatique
Distributeur Diaphana Films
Acteurs Selma Blair, Paul Giamatti, Mark Webber, Lupe Ontiveros, Noah Fleiss
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 416
Bande annonce

Critique

Un petit film faisant partie de la sélection officielle du Festival de Cannes, dans la rubrique Un certain regard (bien vu, comme on dit le matin en Suisse romande...) C'est le troisième opus de Todd Solondz, jeune réalisateur états-unien qui semble vivre son mai 68 avec trente ans de retard - mais peut-être était-il tout juste né cette année-là...

Après BIENVENUE DANS L'ÂGE INGRAT et HAPPINESS, Solondz jette un regard d'entomologiste sur des petits Blancs plutôt minables (et un black en colère). Manifestement, il n'aime pas beaucoup ses compatriotes et présente leurs travers sans complaisance. Il a divisé son film en deux parties qui, selon lui, n'ont aucun rapport entre elles: fiction et non-fiction. La première met notamment en scène un étudiant handicapé par la polio, sa copine et leur professeur d'écriture, afro-américain aigri qui se plaît à séduire et à humilier ses élèves. La seconde se veut un documentaire sur un adolescent glandeur affligé d'une famille ultra-bidochonne.

En finale, malgré un beau plateau, une impression de déjà vu en moins bien, et une absence de tendresse qui fait mal.



Daniel Grivel





Deux histoires distinctes qui ont pour cadre l’environnement tristement comique du lycée et de l’université, hier et aujourd’hui. En suivant l’itinéraire de ses personnages aussi prometteurs que perturbés, le film explore les questions du sexe, des races, de la célébrité et de l’exploitation. Véritable jeu de massacre, ce film s’en prend aux institutions, à la famille, au politiquement correct américain.

Troisième long métrage du réalisateur, ce très bon film perturbe le spectateur par les questions les plus dérangeantes. Corrosif et cruel, sans compassion ni chaleur, il distille le malaise par une authenticité glaçante. Qui sont les vrais monstres? Et si c’était moi?



Anne-Béatrice Schwab

Ancien membre