Amazing Grace - Aretha Franklin

Réalisé par Sydney Pollack, Alan Elliott
Titre original Amazing Grace - Aretha Franklin
Pays de production USA
Année 2018
Durée
Genre Documentaire musical
Distributeur Spot On
Age suggéré 8 ans
N° cinéfeuilles 837

Critique

Un concert, filmé sur deux soirs, d’Aretha Franklin, réalisé par Sydney Pollack, aurait dû voir le jour en 1972. Ce n’est que cinquante ans plus tard avec le producteur Alan Elliott, que la voix de la Reine de la Soul retentira dans les salles de cinéma. Un documentaire qui séduit principalement par son aspect musical plutôt que cinématographique.

Après une brève présentation des musiciens et du Southern California Community Choir, arrive Aretha Franklin. Et quelle apparition! Dans une large tunique blanche à paillettes, elle traverse la salle du New Temple Missionary Baptist Church (à Los Angeles), avec une retenue déconcertante, loin de la représentation stéréotypée des stars capricieuses. D’autant plus impressionnant que le concert s’est déroulé en 1972, lorsque la Reine de la Soul était au sommet de sa gloire. C’est de ce concert, donné sur deux jours, que sera issu l’album Amazing Grace. Sydney Pollack avait été à l’époque mandaté par la Warner Bros pour réaliser ce film musical. Mais des problèmes de synchronisation ont laissé le film inachevé. C’est alors à partir de ces archives que le producteur Alan Elliott a pu rendre concret le projet de Sydney Pollack, après la mort de la chanteuse qui s’y était opposée.

     La voix puissante et aérienne d’Aretha Franklin est sublime, l’émotion qui règne dans la salle contagieuse. Lors d’un des moments les plus saisissants du concert, la caméra se promène dans la salle pour capter la ferveur et les mouvements parfois convulsifs des passionnés. C’est à l’une de ces occasions que l’on découvrira la présence discrète, au fond de la salle, de Mick Jagger. Autrement, les plans sont essentiellement consacrés au chœur, au révérend James Cleveland, qui anime et dirige le concert, et surtout à la star. Si l’apport cinématographique au concert n’est pas évident, il permet toutefois de voir, par des gros plans sur le visage, les mimiques de la star, et de s’étonner de la douceur de son regard. Mais la grâce de la chanteuse trouvera des échos principalement chez les amateurs de gospel, plutôt que chez ceux qui cherchent une originalité formelle.

Sabrina Schwob

Appréciations

Nom Notes
Sabrina Schwob 14
Serge Molla 16
Georges Blanc 16