De Gaulle

Affiche De Gaulle
Réalisé par Gabriel Le Bomin
Titre original De Gaulle
Pays de production France
Année 2019
Durée
Musique Romain Trouillet
Genre Historique, Biopic, Guerre
Distributeur JMH Distributions SA
Acteurs Isabelle Carré, Olivier Gourmet, Lambert Wilson, Catherine Mouchet, Sophie Quinton, Pierre Hancisse
Age légal 10 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 829
Bande annonce

Critique

Le titre de cette production pourrait laisser entendre que l’on va au-devant d’un récit autobiographique. Non, l’ambition du réalisateur français Gabriel Le Bomin est tout autre, le film se présentant comme un coup de projecteur précis sur un mois seulement de l’existence de de Gaulle et de sa famille, sur quelques semaines qui vont modifier toute son existence en même temps que l’histoire de la France et de l’Europe. Un tableau événementiel précis et une chronique familiale inattendue.

On est à Paris, en juin 1940, au moment de l’effondrement militaire et politique de la France. A 50 ans, le colonel Charles de Gaulle s’oppose au maréchal Pétain. Néanmoins promu général et sous-secrétaire d’Etat, il décidera de rejoindre Londres pour tenter de poursuivre la lutte contre l’avancée allemande. Une décision qui touche en même temps toute sa famille: sa femme Yvonne et ses trois enfants devront s’en aller sur la route de l’exode, de Colombey-les-Deux-Eglises en Bretagne, puis à Londres: «Cela m’a paru d’une temporalité assez humaine, dit le réalisateur, c’est le moment où le général devient de Gaulle».

Le film de Gabriel Le Bomin (connu avant tout comme documentariste) est donc le récit d’une courte période de la vie de de Gaulle, de mai 1940 jusqu’à l’Appel du 18 Juin. Un moment historique, en même temps qu’un bouleversement intime et familial. Dans cette tentative d’approcher le personnage dans la solitude de sa conscience, le récit se situe entre fiction romanesque et rigueur historique: le cinéaste a choisi de parler de l’homme, de ses sentiments, de ce qu’il peut y avoir de mystérieux ou de fragile en lui. Aux côtés d’un de Gaulle parfois atypique (excellent Lambert Wilson) apparaîtront d’autres personnages historiques: on croisera le maréchal Pétain (Philippe Laudenbach), le premier ministre Paul Reynaud (Olivier Gourmet) et bien sûr Winston Churchill (Tim Hudson). On fera aussi la connaissance d’Yvonne (Isabelle Carré), la femme du général, et celle d’Anne, leur petite fille trisomique qui, paradoxalement, réussira à transmettre une réelle force vitale à ses parents. Sans oublier celle des deux autres enfants, Philippe et Elisabeth. Très présente, Yvonne va épauler son mari et lui transmettre beaucoup de sa force. Drame historique et biographique, le film ne se veut pas hagiographique et le cinéaste n’a pas cherché à aller trop loin dans la dimension privée de la famille, présentée à la fois comme stricte et aventureuse.

L’écriture du film se veut très classique, le récit chronologique n’empêchant pas quelques retours en arrière (familiaux) et quelques séquences d’exode et de guerre (reconstituées ou faisant appel aux actualités de l’époque). Le déroulement des événements (connus) ne s’accompagne pas d’un suspense très grand, la curiosité du spectateur s’attachant prioritairement à l’entourage du général. Le jeu des comédiens est retenu, les dialogues sont concis et la bande sonore et musicale accompagne avec discrétion et efficacité cette plongée dans une période tragique et difficile de l’histoire française.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 15