Play

Affiche Play
Réalisé par Anthony Marciano
Titre original Play
Pays de production France
Année 2018
Durée
Genre Comédie
Distributeur Praesens-Film
Acteurs Alain Chabat, Noémie Lvovsky, Malik Zidi, Max Boublil, Alice Isaaz, Arthur Perier-Pillu
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 825
Bande annonce

Critique

Alors qu’il a 13 ans en 1993, Max reçoit une caméra pour Noël. Il ne va alors plus la lâcher, immortalisant les moments passés avec ses amis et sa famille, qu’ils soient tristes ou joyeux. Devenu adulte, Max se trouve à un moment décisif de sa vie, ce qui le pousse à regarder en arrière et visionner toutes les cassettes qu’il a filmées au cours des vingt-cinq dernières années.

Un film qui débute par «What’s My Age Again?» de blink-182 et se termine par «Ironic» d’Alanis Morissette, c’est déjà génial, mais l’avantage en plus avec Play est que ces titres représentent très bien l’atmosphère de la réalisation: régressive, espiègle, pétillante et en même temps douce-amère. Ces chansons marquent également la dimension nostalgique du film, qui parlera beaucoup à ceux qui étaient enfants à la fin des années 80, ont grandi dans les années 90 et ont passé leur adolescence au début des années 2000. Les autres ne seront pas moins touchés par la très belle histoire d’amour et d’amitié qui leur est contée, mais auront peut-être plus de mal à se sentir concernés par certaines références, dans le sens où ils ne semblent pas être le public cible. Toutefois, ils ne peineront pas à s’identifier aux personnages, car les thèmes abordés sont intemporels. L’écart entre les générations, le temps qui passe est du reste représenté dans les technologies utilisées par Max pour filmer sa vie: une «vieille» caméra au début, un smartphone à la fin, avec toutes les nouvelles opportunités qu’il offre comme FaceTime et Snapchat. Ainsi, même si le film est baigné de nostalgie, il ne tient pas pour autant de discours comme quoi «c’était mieux avant». Au contraire, il montre des individus qui évoluent en harmonie avec le monde autour d’eux.

C’est d’ailleurs une originalité de la réalisation que d’être presque exclusivement filmée en caméra portée (on le voit souvent dans les films d’horreur appelés «found footage», mais plus rarement dans les comédies ou les drames) pour coller à l’idée que les images que l’on voit sont le produit d’un amateur, prises sur le vif. L’effet est plutôt sympathique mais si l’on est, comme moi, sensible à ce procédé, on risque vite d’avoir le tournis ou des haut-le-cœur. Heureusement, les mouvements de caméra brusques ou saccadés ne sont pas légion, ce qui permet de ne pas se sentir malade. L’histoire n’est pas non plus des plus palpitantes, mais reste émouvante et charmante, portée par des personnages vraiment attachants incarnés par des acteurs très bien choisis. Alors enfants des années 80 ou non, fans des années 90 ou pas, il y a de grandes chances que ce film, par sa simplicité touchante et son humour malicieux, nous aille droit au cœur.

Amandine Gachnang

Appréciations

Nom Notes
Amandine Gachnang 14
Kevin Pereira 15