Notre dame

Affiche Notre dame
Réalisé par Valérie Donzelli
Titre original Notre dame
Pays de production France, Belgique
Année 2019
Durée
Musique Philippe Jakko
Genre Comédie
Distributeur Frenetic
Acteurs Isabelle Candelier, Virginie Ledoyen, Valérie Donzelli, Bouli Lanners, Pierre Deladonchamps, Thomas Scimeca
N° cinéfeuilles 825
Bande annonce

Critique

Le titre fait évidemment référence à la célèbre cathédrale parisienne. Mais rien à voir avec la catastrophe de l’année dernière, le film a été tourné avant que le monument ne soit partiellement ravagé par les flammes. Toutefois, faut reconnaître: les images de l’incendie sont bien plus spectaculaires que celles de Notre dame!

Maud Crayon (LOL!) est architecte et se débat entre un patron pénible, un ex-mari collant dont elle n’arrive pas à se séparer, une grossesse problématique et des projets professionnels qui n’aboutissent pas. Et la voilà qui se retrouve à devoir gérer, en plus de sa vie compliquée, un projet de rénovation du parvis de Notre-Dame pour plus de 120 millions d’euros. A l’image de la pyramide du Louvre, de la tour Eiffel ou des colonnes de Buren, œuvres dont personne ne voulait au début, sa proposition déchaîne les polémiques. Et quand on le voit, on comprend pourquoi!

Peut-être Valérie Donzelli s’est-elle focalisée sur son statut d’actrice principale et a-t-elle oublié le reste. Car cette histoire convenue et sans surprises, déjà vue cent fois, est parfaitement soporifique. Aucune situation n’est réellement exploitée, aucun personnage ne se détache, même si la galerie de portraits (Pierre Deladonchamps, Virginie Ledoyen, Bouli Lanners ou Philippe Katerine) est plutôt luxueuse. L’humour placé ici ou là pour pimenter l’histoire reste extrêmement naïf et timide. La réalisatrice se laisse aussi aller à des scènes oniriques qui se veulent poétiques mais ne font que du remplissage sans apporter quoi que ce soit au récit, jusqu’à une séquence chantée qui atteint des sommets dans le ridicule. Elle a confié avoir notamment voulu faire une déclaration d’amour à sa ville d’adoption. Certes, Paris est très bien filmée. Mais à part ça...

Lorsqu’on repense aux précédents films de Valérie Donzelli, notamment La Guerre est déclarée, on est vraiment surpris qu’elle ait pu trouver l’intérêt et l’enthousiasme pour cette chose molle qui ne raconte rien. Toutefois, ce n’est sans doute qu’un incident de parcours pour une actrice et cinéaste qui s’est fait connaître avec des rôles et des films réussis. Une petite curiosité à signaler: Lionel Baier, qui avait fait tourner Valérie Donzelli dans ses Grandes Ondes (à l'ouest), et qui apparaît ici dans le petit rôle d’un présentateur de JT.

Philippe Thonney

Appréciations

Nom Notes
Philippe Thonney 5