La Reine des neiges 2

Affiche La Reine des neiges 2
Réalisé par Chris Buck, Jennifer Lee
Titre original Frozen II
Pays de production U.S.A.
Année 2019
Durée
Musique Christophe Beck
Genre Animation
Distributeur Walt Disney
Acteurs Donald Reignoux, Dany Boon, Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Baudouin Sama, Prisca Desmarez
Age légal 6 ans
Age suggéré 8 ans
N° cinéfeuilles 824
Bande annonce

Critique

Prenez un peu de Pocahontas et de son besoin de liberté, ajoutez-y de la magie et un Patronus d’Harry Potter, sans oublier de saupoudrer ce mélange d’une esthétique showbiz, et vous obtiendrez la recette nommée La Reine des neiges 2. Un produit fini mais guère satisfaisant.

Il aurait fallu le talent de pantomime et la naïveté d’Olaf - le bonhomme de neige ami des deux sœurs royales, Elsa et Anna - pour résumer le film. En effet, dans la meilleure scène du dessin animé, drôle par-dessus tout, Olaf raconte avec une confusion totale, mêlant à la manière des enfants les causes et les effets ce qui les ont conduits dans la forêt d’Arendelle, en partant de l’enfance des deux sœurs.
Pour le dire avec nos mots - et sans remonter si loin! - Elsa, qui entend une voix qu’elle se refuse dans un premier temps à écouter, finira par embarquer la fine équipe, constituée de sa sœur Anna, du fiancé de cette dernière, de son renne et enfin Olaf, dans la forêt d’Arendelle. Une injustice commise dans le passé a créé une situation de tension entre deux peuples, desquels les parents des deux filles sont chacun issus. Pour connaître la vérité et se défaire du sort qui agit encore sur le lieu, les protagonistes devront encourir des dangers de différentes natures.

Il aurait en effet fallu posséder le talent d’Olaf pour rendre compte du caractère alambiqué du récit. Rien d’étonnant là-dedans, l’histoire ne servant au final que de prétexte à des exploits héroïques et des séquences spectaculaires, comme lors de la destruction d’un barrage qui conduit à une inondation des lieux, apparentant ce dessin animé à un film d’action.

C’est sans compter l’autre aspect participant à rendre le film spectaculaire, la chanson, assommante au point que l’on se demande si le premier but recherché n’était pas d’en faire un nouveau tube pour les enfants, bien plus que de viser une qualité ou une originalité quelconque; quand elle ne balaie pas les réflexions profondes esquissées par Olaf - vous l’aurez compris, le meilleur personnage du film. Si l’image est généralement plaisante, on a du mal à comprendre certaines abstractions du décor, devenant entièrement noir lors des moments chantés, avec des lignes colorées suggérant une scène théâtrale de showbiz.

Quand on voit toute la publicité qui entoure le film, avec des produits dérivés présents en masse sur les affiches publicitaires, difficile de ne pas en conclure que La Reine des neiges 2 n’est pas autre chose qu’une recette commerciale, de laquelle on souhaiterait se libérer rapidement.

Sabrina Schwob

Appréciations

Nom Notes
Sabrina Schwob 10
Sabrina Schwob 10