Retour à Zombieland

Affiche Retour à Zombieland
Réalisé par Ruben Fleischer
Titre original Zombieland: Double Tap
Pays de production U.S.A.
Année 2019
Durée
Musique David Sardy
Genre Comédie, Epouvante-horreur, Action
Distributeur Sony
Acteurs Woody Harrelson, Abigail Breslin, Rosario Dawson, Jesse Eisenberg, Emma Stone, Zoey Deutch
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 822
Bande annonce

Critique

Des zombies fusillés, découpés, paquetés en une botte de paille par une faucheuse ou écrasés par la tour de Pise. Des morts-vivants rusés, inatteignables ou au contraire paresseux et simplets. À Zombieland, il y en a pour tous les goûts.

Dix ans ont passé depuis le premier opus durant lesquels le quatuor d’acteurs au centre du film a fait bien du chemin. Emma Stone a interprété nombres de femmes fortes et indépendantes (dans Easy Girl, La Couleur des sentiments, ou plus récemment dans La Favorite), tandis que Jesse Eisenberg a joué l’intellectuel nerveux à de multiples reprises (The Social Network, Insaisissables, To Rome With Love…). Ruben Fleischer en a conscience et décide malheureusement d’en tirer profit, offrant au spectateur un énième rôle prédestiné à des stars déjà bien connues pour ne jouer qu’un type particulier de personnage.

Si l’attitude des protagonistes et l’intrigue sont prévisibles, l’humour rafraîchissant et les effets spéciaux amenés en post-production (notamment de gros titres écrits en polices absurdes et directement insérés dans l’image) eux, sont d’une originalité bienvenue. Il en va de même pour les décors, aussi invraisemblables qu’impressionnants: l’histoire débute dans la Maison-Blanche désaffectée puis s’étire jusqu’à un campement barricadé d’hippies pacifistes, faisant un détour par une réplique de la résidence d’Elvis Presley. Les scènes qui s’y déroulent accompagnent par leur absurdité le caractère intrinsèquement comique des lieux, le tout formant, somme toute, des séquences hilarantes. Un public appréciant la dérision de films comme Rubber, Black Sheep ou encore Zombie devrait donc être comblé par Retour à Zombieland, d’une légèreté sans limites.

Anthony Bekirov

Appréciations

Nom Notes
Anthony Bekirov 13