UglyDolls

Affiche UglyDolls
Réalisé par Kelly Asbury
Titre original UglyDolls
Pays de production U.S.A.
Année 2019
Durée
Musique Christopher Lennertz
Genre Animation, Musical
Distributeur Impuls
Acteurs Wanda Sykes, Kelly Clarkson, Pitbull, Lee-Hom Wang, Blake Shelton, Gabriel Iglesias
Age suggéré 6 ans
N° cinéfeuilles 817
Bande annonce

Critique

La chaîne de montage de la fabrique de poupées d’Uglyville connaît bien des imperfections et des ratés: ici c’est un œil qui fait défaut, là une oreille qui manque, ailleurs une patte… Mais Moxy (une petite poupée édentée) et ses amis plus ou moins handicapés (les UglyDolls) semblent s’accommoder de tout cela et vivre le parfait bonheur. Jusqu’au jour où ladite Moxy a envie de voir un peu plus loin que le bout de son nez, c’est-à-dire au-delà de la montagne qui jouxte la ville.

Avec quatre de ses camarades, elle s’en va découvrir un autre univers, appelé «Perfection», une cité où les poupées réunissent tous les critères de la beauté (conventionnelle) destinée à séduire les enfants, futurs acheteurs. En rencontrant Lou, spécimen parfait de ce monde, Moxy et ses copains découvrent comment on peut être manipulé. Voilà donc les UglyDolls confrontés aux différences sociales et soumises aux jeux de pouvoir des natifs de «Perfection».

Le scénario va suivre ces poupées imparfaites dans leur existence, quand elles n’ont pas encore le privilège d’être adoptées (et cajolées) par les enfants auxquels elles sont destinées. Convaincue qu’un enfant l’attend quelque part, Moxy se heurtera à la méchanceté des habitants de cette nouvelle cité et à l’emprise de Lou, un personnage despote, étrange et charismatique, à la fois animateur de foule déchaînée et chanteur de charme un peu démoniaque. Mais tout cela se terminera par un joyeux happy end.

Comédie musicale électro pop, UglyDolls enfile les numéros sans interruption, sur fond (de tentative) d’apologie de la différence. Les personnages sont très colorés mais manquent souvent de nuances, surtout dans leurs propos (tout particulièrement pour un spectateur adulte…) L’intrigue est brouillonne, tout est poussé à l’extrême, avec des héros proches parfois de l’hystérie. Les dialogues sont assez ternes et les décors guère originaux. L’humour ne dépasse pas une qualité moyenne et les chansons, souvent interminables, font de cette production un spectacle qui se veut avant tout explosif, mais qui ne restera pas dans les mémoires.

Antoin

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 8