Gemini Man

Affiche Gemini Man
Réalisé par Ang Lee
Titre original Gemini Man
Pays de production U.S.A., Chine
Année 2019
Durée
Musique Lorne Balfe
Genre Action, Science fiction
Distributeur Walt Disney
Acteurs Will Smith, Benedict Wong, Clive Owen, Mary Elizabeth Winstead, Douglas Hodge, Ralph Brown
Age légal 12 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 821
Bande annonce

Critique

Will Smith affronte Will Smith dans le dernier blockbuster d’Ang Lee (The Ice Storm, Tigre et dragon…) Un film sans surprises, qui peine à faire oublier la vacuité de son script, malgré un lot de scènes d’action parfois plaisantes.
Henry Brogan (Will Smith) est un gentil tueur hanté par le remords: capable de toucher une cible en mouvement située à plusieurs kilomètres de lui, il rêve de prendre sa retraite, de s’installer dans la cabane qu’il a bâtie de ses propres mains (!) et de pêcher paisiblement pour oublier son passé sombre. Mais, lorsqu’il se décide enfin à quitter son travail pour savourer un repos bien mérité, son ancien employeur - le gouvernement des Etats-Unis - lui envoie une armada d’assassins: il en sait trop, il faut l’éliminer. Henry, soutenu par une jeune espionne (Mary Elizabeth Winstead) rencontrée par hasard, vient trop aisément à bout des soldats envoyés pour le tuer. Le grand méchant (Clive Owen) est donc contraint de sortir le grand jeu: il a sous ses ordres un clone d’Henry plus jeune d’un quart de siècle, plus rapide, plus puissant… et prêt à en découdre.
Les combats acharnés entre le tueur et son alter ego rajeuni dans les rues de Carthagène ou les bains de Budapest sont réalisés de façon étonnamment fluide et lisible. Toutefois, les qualités visuelles du film ne parviennent pas à estomper la pauvreté de son scénario. Son intrigue aux rebondissements trop prévisibles (bien évidemment, les deux antagonistes finiront par s’allier contre le grand méchant) et aux personnages secondaires purement fonctionnels (leur rôle est avant tout de faire voyager le héros d’un pays à l’autre) dissimule mal l’intérêt véritable du long métrage qui réside dans la prouesse technologique consistant à rajeunir numériquement une superstar - procédé de plus en plus fréquent, de Samuel L. Jackson dans Captain Marvel à Robert De Niro, Al Pacino et consorts dans le très attendu The Irishman de Martin Scorsese. Toutefois, la qualité d’un film ne dépend pas uniquement de ses effets, et Gemini Man s’avère en définitive être un blockbuster très paresseux qui ne voit guère plus loin que le bout de ses pixels (retouchés).

Noé Maggetti

Appréciations

Nom Notes
Noé Maggetti 9