Pour Sama

Affiche Pour Sama
Réalisé par Waad al-Kateab, Edward Watts
Titre original For Sama
Pays de production Grande-Bretagne, U.S.A.
Année 2019
Durée
Musique Nainita Desai
Genre Documentaire
Distributeur trigon-film
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 821
Bande annonce

Critique

Comment mettre en mots ce que seules des images peuvent exprimer?
«Une image vaut mieux que mille mots», telle pourrait être la devise de Waad al-Kateab qui nous offre celles filmées par ses soins (ainsi que par Edward Watts, qui la seconde) durant près de six ans. De la révolution étudiante contre la dictature de Bashar al-Assad au siège imposé par le régime suite à cette dernière, la cinéaste capture Alep de l’intérieur, nous emportant à travers les mésaventures d’une ville à l’agonie. Pour défendre son choix - celui de demeurer habiter dans une capitale bombardée quotidiennement de toute part - elle décide d’enregistrer son quotidien afin de l’offrir plus tard à sa fille, Sama, alors âgée d’une année. Se justifier, s’exprimer, partager par l’image ce que des mots ne sauraient jamais traduire. Le parti pris est osé, inouï tant son caractère brut peut a priori déstabiliser (d’une caméra constamment portée à des scènes d’une violence inconcevable) et, pourtant, magnifique.
Quel plus beau symbole de résistance pourrait-il y avoir qu’une caméra s’envolant au-dessus des ruines à la place de raids aériens? Quels mots ajouter pour exprimer un manque lorsqu’en filmant un jardin une minute, le public est directement saisi par l’absence jusqu’ici de verdure à l’écran? Bien que la narration par voix off soit constamment bienvenue et nécessaire, tout comme par la parole des personnes présentes, c’est toujours par le regard que Waad nous livre avec brio son quotidien douloureux. Je vous laisse par conséquent non plus me lire, mais découvrir par vos yeux une œuvre dirigée par les siens.
Pour Sama n’est pas un film de guerre parmi d’autres mais un éloge universel à la liberté et à la vie. On en ressort le regard véritablement changé sur notre quotidien privilégié, la gorge serrée certes, mais empli(e) d’une volonté nouvelle de révolution.

Chloé Battisti

Appréciations

Nom Notes
Chloé Battisti 20
Alexandre Vouilloz 18
Georges Blanc 19