Perdrix

Affiche Perdrix
Réalisé par Erwan Le Duc
Titre original Perdrix
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Julie Roué
Genre Comédie
Distributeur Frenetic
Acteurs Fanny Ardant, Alexandre Steiger, Swann Arlaud, Maud Wyler, Nicolas Maury, Patience Munchenbach
Age légal 10 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 817
Bande annonce

Critique

Perdrix, c’est le nom d’une famille composée d’individus quelque peu insolites: Thérèse (Fanny Ardant), la mère, dévastée par la mort de son mari, enchaîne les amants et diffuse une émission de radio sur le grand amour depuis sa cave; Juju (Nicolas Maury), le fils, est passionné par les vers de terre, et Marion (Patience Munchenbach), sa fille, par le tennis de table, domaine dans lequel elle désire devenir professionnelle. Enfin, Pierre (Swann Arlaud), le deuxième frère, est capitaine de police, et c’est tout ce qui semble définir sa vie.

Tous vivent ensemble dans la maison familiale, au cœur d’un petit village des Vosges où il ne se passe rien… ou presque. En effet, la vie de Pierre sera chamboulée par l’arrivée de Juliette Webb (Maud Wyler), jeune femme mystérieuse dont la voiture s’est faite voler par une activiste nudiste et qui donnera de nouvelles perspectives à la famille Perdrix.

À la lecture de ce synopsis, on comprendra aisément le ton adopté par le film: une comédie romantique loufoque, absurde - entre reconstitution historique de la Première Guerre mondiale et attaques de révolutionnaires nudistes - et parfois mélancolique - dans les séquences mettant en scène la relation de Thérèse et son défunt mari ou celle de Juju et sa fille. Les personnages ont chacun une particularité les caractérisant: Thérèse a son émission de radio dénotant de son romantisme indéfectible; Juju a ses vers de terre, signifiant son côté marginal; Marion a son tennis de table, qui lui permettrait de quitter ce cocon étouffant; Pierre a son amour de la procédure policière, montrant son côté sérieux et un peu renfermé; et Juliette a ses carnets dans lesquels elle consigne minutieusement sa vie jour après jour par peur de la perdre, de s’oublier. Les décors sont magnifiques, les acteurs engagés et convaincants et malgré cela, le film peut facilement laisser de marbre. En effet, face à sa dimension burlesque et un peu décousue, le spectateur peut ne pas se sentir impliqué.

Perdrix n’est pas un mauvais film, il est drôle et frais, avec une bande originale très sympathique, mais s’adresse à un public friand des réalisations à la Wes Anderson, au style plutôt spécial, et non des comédies romantiques «classiques». À bon entendeur, donc.


Amandine Gachnang

Appréciations

Nom Notes
Amandine Gachnang 12
Kevin Pereira 15