Guy

Affiche Guy
Réalisé par Alex Lutz
Titre original Guy
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Vincent Blanchard, Romain Greffe
Genre Comédie dramatique, Documentaire
Distributeur Frenetic
Acteurs Pascale Arbillot, Brigitte Roüan, Alex Lutz, Tom Dingler, Dani, Nicole Calfan
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 816
Bande annonce

Critique

Guy Jamet (Alex Lutz) est le résultat fictif d’un savant mélange entre le registre musical d’un nasillard Claude François, le succès auprès des mamans sexagénaires d’un charmant Patrick Bruel et l’attitude misogyne et/ou caractérielle d’un épuisant Gérard Depardieu. Gauthier (Tom Dingler), un jeune journaliste, apprend par sa mère qu’il serait le fils illégitime de ce Guy Jamet. Il décide de suivre le chanteur à succès pour en apprendre plus et réaliser un documentaire à son propos.

De manière très réflexive, ce film prend la forme du faux documentaire pour mettre en scène la carrière d’une célébrité vieillissante de la chanson française. Gauthier filme son processus de découverte de cet étrange individu qu’est Guy Jamet, par un dialogue qui semble faire grandir en même temps les deux hommes. En effet, Gauthier participe aux interviews; sa voix mais aussi son corps sont souvent présents à l’écran. Ce long métrage est réalisé par Alex Lutz, qui en est également l’acteur principal (je dois avouer que j’ai toujours eu un peu de la peine à apprécier les films réalisés et joués par la même personne, même si Lutz a reçu le César 2019 du Meilleur acteur pour ce rôle).

Il me faut souligner l’hétérogénéité des images proposées (photographies, clips et concerts d’époque, film de famille avec Gauthier et sa mère, créés pour l’occasion), ainsi que la bande-son qui est le résultat d’un considérable travail. Cependant, la création manque pour la forme de cette œuvre, qui n’est de loin pas transcendante pour un film qui explore les limites du documentaire d’un point de vue narratif et avec ironie. Par ailleurs, cette question du faux documentaire n’est absolument pas claire. D’une part, il fallait un film crédible pour rendre ce Guy Jamet authentique et plausible, mais, d’autre part, un sentiment étrange flotte dans la salle car le rapport à la réalité demeure peu clair. La note de dix, pile entre zéro et vingt, paraît donc propice pour qualifier ce long métrage - un peu trop long à mon goût - qui se place à mi-chemin entre des genres très différents, et semble parfois n’avoir fait les choses qu’à moitié.


Camille Mottier

Appréciations

Nom Notes
Camille Mottier 10