X-Men : Dark Phoenix

Affiche X-Men : Dark Phoenix
Réalisé par Simon Kinberg
Titre original X-Men : Dark Phoenix
Pays de production U.S.A.
Année 2019
Durée
Musique Hans Zimmer
Genre Aventure, Science fiction
Distributeur Fox-Warner
Acteurs James McAvoy, Michael Fassbender, Nicholas Hoult, Jennifer Lawrence, Tye Sheridan, Sophie Turner
Age légal 12 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 815
Bande annonce

Critique

La saison des blockbusters s’ouvre avec Dark Phoenix, le douzième volet de la saga X-Men, qui voit le groupe de super-héros se déchirer. Le film, dans l’ensemble plaisant et bien mené, pèche par une écriture sans surprises.

Au cours d’une mission de sauvetage dans l’espace, Jean Grey (Sophie Turner), membre de l’équipe de justiciers mutants menée par le professeur Xavier (James McAvoy), entre en collision avec une force cosmique qui lui confère des pouvoirs infinis; toutefois, la jeune femme ne parvient pas à les contrôler et en vient à commettre malgré elle l’irréparable. Certains X-Men la considèrent comme responsable de ses actes, alors que d’autres souhaitent lui venir en aide: en résulte un affrontement interne entre les différents héros, auquel se mêlent des extraterrestres avides d’utiliser la puissance de Jean pour détruire le monde.

Ce scénario vous semble familier? Pour cause, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un mélange des enjeux de plusieurs longs métrages de la saga Avengers, la série produite par les studios Marvel en parallèle des films mettant en scène les X-Men. En effet, la scission du groupe rappelle celle des Avengers dans Captain America: Civil War (2016), la puissance démesurée du personnage de Jean fait penser à celle de l’héroïne du récent Captain Marvel (2019), et son rôle de «méchante malgré elle» évoque l’antagoniste de Captain America: Le soldat de l’hiver (2014).

C’est là le principal défaut de Dark Phoenix: le peu d’originalité et la prévisibilité de son scénario. En résulte un film divertissant mais oubliable, dont on retiendra toutefois des personnages attachants campés par des interprètes crédibles (Michael Fassbender et Jennifer Lawrence, entre autres), quelques scènes d’action surprenantes soutenues par des compositions de Hans Zimmer, et une certaine noirceur bienvenue dans le paysage des blockbusters, qui ont trop souvent tendance à recourir à un humour potache pour dissimuler leur manque d’enjeux.


Noé Maggetti

Appréciations

Nom Notes
Noé Maggetti 12