Mon tissu préféré

Affiche Mon tissu préféré
Réalisé par Gaya Jiji
Titre original Mon tissu préféré
Pays de production France, Allemagne, Turquie
Année 2018
Durée
Musique Peer Kleinschmidt
Genre Drame
Distributeur First Hand Films
Acteurs Ula Tabari, Manal Issa, Souraya Baghdadi, Mariah Tannoury, Saad Lostan, Wissam Fares
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 813
Bande annonce

Critique

Syrienne, Gaya Jiji a étudié et vit en France. Mais elle était à Damas en 2010-2011, lorsque lui est venue l’idée de ce film qu’elle a voulu consacrer au thème de l’identité. Identité syrienne, identité d’une jeune femme surtout dont les sens en éveil ne trouvent pas dans son entourage la réponse espérée.

Car rien n’est enthousiasmant dans la vie de Nahla (Manal Issa), une vie partagée, dans un milieu de femmes, entre sa mère et ses deux sœurs d’une part, sa collègue de travail dans une boutique de mode d’autre part. L’homme dont elle rêve n’est pas celui qu’on lui présente pour un mariage arrangé. Et, tandis que Damas vit dans l’angoisse d’un grave conflit, elle trouve une sorte de libération dans la maison close qui vient de s’installer dans son immeuble.

Le titre du film évoque la sensualité de Nahla, toujours en sous-vêtements de satin dans ses fantasmes. Dans la vie réelle, à l’inverse, la jeune fille s’habille sans beaucoup de goût, ses vêtements sont aussi ternes que ses journées. La mise en scène souligne le sentiment d’enfermement qu’elle ressent, entre quatre murs dans sa boutique, dans l’appartement familial et même chez les prostituées du dessus qui, par contraste, amplifient sa nature mélancolique, peu douée pour le bonheur. Enfermement aussi, peut-être, à cause d’un contexte extérieur bousculé par les premières violences de la guerre civile. Toutefois Nahla semble s’en désintéresser.

Il manque quelque chose à ce personnage dont on comprend mal les désirs, qui ne manifeste pas de révolte, ne semble pas savoir lui-même ce qu’il veut. La réalisatrice explique vouloir montrer le poids de l’oppression ressentie par les femmes orientales; c’est plutôt le caractère indécis de Nahla qui domine. Mon tissu préféré est un film sensible, mais il lui manque des caractères mieux construits, une structure claire, plus sobre. On saisit bien la gravité de l’actualité au cœur de laquelle se joue le destin de Nahla, mais les violences évoquées par les images de la télévision n’apportent rien à l’histoire et ne suffisent pas à donner à ce film attachant la solidité qui lui manque.


Geneviève Praplan

Appréciations

Nom Notes
Geneviève Praplan 12
Serge Molla 13
Georges Blanc 13