La Dernière Folie de Claire Darling

Affiche La Dernière Folie de Claire Darling
Réalisé par Julie Bertuccelli
Titre original La Dernière Folie de Claire Darling
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Olivier Daviaud
Genre Drame, Comédie
Distributeur Frenetic
Acteurs Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve, Alice Taglioni, Samir Guesmi, Olivier Rabourdin, Laure Calamy
Age légal 16 ans
Age suggéré 16 ans
N° cinéfeuilles 806
Bande annonce

Critique

Adapté d’un roman de Lynda Rutledge, La Dernière folie de Claire Darling réunit dans une belle prestation d’actrices Catherine Deneuve et sa fille Chiara Mastroianni.

Tout au long de l’œuvre, les objets saturent l’espace filmique. Tableaux, automates, livres, mobiliers anciens ayant appartenus à des barons, lampes Tiffany et horloge éléphant viennent surcharger la grande demeure de Claire Darling (Catherine Deneuve), située à l’écart du petit village de Verderonne. Mémoires d’un temps passé, aussi bien glorieux que tragique, médiations dans l’interaction de Claire avec son environnement, ils sont depuis longtemps ensevelis dans la poussière de l’oubli.

Mais voilà que le jour où des forains débarquent dans le village, la fantaisie s’invite dans l’esprit de Claire, qui se décide à tout vendre, transformant ainsi son jardin en brocante. A cette occasion, sa fille, qu’elle n’avait plus revue depuis longtemps, réapparaît ainsi que les fantômes du passé, auxquels une série de flash-back rend vie.

Les qualités de La Dernière folie de Claire Darling résident essentiellement dans la prestation d’actrices de Catherine Deneuve et de sa fille Chiara Mastroianni, habituées à jouer ensemble. La première donne à son personnage lunatique et peu sensible au contact humain une élégance froide et dont le visage s’anime sporadiquement d’un sourire enfantin. Le jeu de la fille du grand Marcello est au contraire dans la retenue, laissant essentiellement au regard le rôle de transmettre ses agitations intérieures.

Pour le reste, même si on se laisse entraîner par cette belle histoire, les liens entre le passé et le présent sont lâches, excepté dans la séquence finale, étonnante, qui les condense dans une seule et même explosion. Les flash-back, qui révèlent les crimes enfouis au spectateur, interagissent peu avec le récit cadre, comme s’ils se constituaient en rupture par rapport à ce dernier et s’inscrivent dès lors de manière quelque peu artificielle dans l’ensemble du long métrage. Mais rien que pour Deneuve en femme vieillissante, spontanée et pas toujours capable de distinguer les souvenirs de la réalité, le film peut en valoir la peine.


Sabrina Schwob

Appréciations

Nom Notes
Sabrina Schwob 12