Libre

Affiche Libre
Réalisé par Michel Toesca
Titre original Libre
Pays de production France
Année 2018
Durée
Genre Documentaire
Distributeur Jour2fête
Age légal 8 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 800
Bande annonce

Critique

Le documentaire de Michel Toesca suit les pas de Cédric Herrou, un agriculteur français qui a mené un long combat pour accueillir des émigrés venus d’Italie et qui sera condamné en 2017 par la Cour d’appel d’Aix-en-Provence.

On est sur les hauteurs de la frontière franco-italienne, dans la vallée de la Roya. Cédric Herrou y cultive des oliviers, mais le jour où il croise des réfugiés venant d’Italie il décide, avec d’autres habitants de la région, de les ravitailler, de les héberger et de les accompagner dans leurs démarches de demandes d’asile auprès des autorités administratives. Michel Toesca, ami de longue date de Cédric et habitant aussi la Roya, l’a suivi de juin 2015 à novembre 2017, caméra en mains, filmant au jour le jour cette résistance citoyenne.

Cédric Herrou est le personnage central de Libre, mais le cinéaste donne aussi la parole à quelques militants et bénévoles de la région: une infirmière qui dispense des soins aux migrants sans le révéler à ses supérieurs, une avocate qui tente d’empêcher la police d’expulser un migrant, et d’autres encore. Plusieurs clandestins seront renvoyés, contraints de prendre un train spécial pour le sud de l’Italie, avant de refaire le trajet à pied, en sens inverse… Le film met en exergue les contradictions et le flou juridique de certaines décisions officielles (volonté de refouler des enfants du territoire français alors que la loi impose leur protection, décision de rétablir une frontière fermée entre la France et l’Italie - où est passé Schengen?)

L’idée centrale de cet intéressant documentaire est celle du libre arbitre de chacun, qui doit permettre d’apporter une aide à des émigrés souffrants et épuisés, tout en essayant de respecter les réglementations. Cédric Herrou fait partie de ces résistants qui préfèrent risquer la prison plutôt que de manquer de compassion ou d’adopter l’attitude de celui qui ne veut rien voir. Michel Toesca cerne le portrait de cet homme - un humaniste qui a été considéré comme un hors-la-loi -, et son film s’adresse plutôt au spectateur-citoyen qu’au cinéphile (l’écriture du film est très simple). On aurait souhaité peut-être entendre davantage tous ces hommes et toutes ces femmes, tous ces exilés perdus dans la nature.

Que sont-ils devenus? Quelques réponses à cette question auraient apporté un «plus» à ce documentaire privilégiant un homme qui a investi toute sa force vitale dans une démarche sans doute indispensable: «Pour moi, dit le cinéaste, Libre est un film politique, un film sur les droits politiques, question inhérente à notre condition d’être humain». On notera qu’en juillet dernier le Conseil constitutionnel français a décrété que le principe de «fraternité» était désormais constitutionnel et pouvait donc être invoqué dans un tribunal. Cédric Herrou y est évidemment pour beaucoup.

Antoine Rochat

Appréciations

Nom Notes
Antoine Rochat 14