Silvio et les autres

Affiche Silvio et les autres
Réalisé par Paolo Sorrentino
Titre original Loro
Pays de production Italie, France
Année 2018
Durée
Musique Lele Marchitelli
Genre Biopic, Drame
Distributeur Pathé Films
Acteurs Fabrizio Bentivoglio, Toni Servillo, Riccardo Scamarcio, Kasia Smutniak, Elena Sofia Ricci, Euridice Axen
Age légal 14 ans
Age suggéré 14 ans
N° cinéfeuilles 800
Bande annonce

Critique

Sergio (Riccardo Scamarcio) travaille dans le domaine de la fête, des magouilles, de la drogue et des filles. Mais il veut plus: son rêve est de le rencontrer, «lui».

«Lui», c’est bien sûr Silvio Berlusconi (Toni Servillo), élevé au rang de véritable légende dont on n’ose pas prononcer le nom. Epaulé par l’une des maîtresses de l’homme politique italien, Kira (Kasia Smutniak), Sergio va organiser des vacances de luxe généreusement arrosées pour une troupe de filles dans une villa avantageusement située en face de celle de Berlusconi, afin d’attirer l’attention de ce dernier. On bascule alors dans le quotidien du politicien (à la retraite), ses manipulations et son outrance.

Le film de Paolo Sorrentino est un objet déroutant. Il s’agit d’un biopic plutôt inhabituel, car on ne décrit pas le parcours de Berlusconi, mais on s’attarde sur une partie de sa vie sans expliquer le reste, comme si le réalisateur partait du principe que le spectateur connaissait déjà le sujet. Le film comporte une dimension parodique, avec un personnage de Silvio Berlusconi grimaçant et maquillé à la truelle, personnage toutefois dépeint avec une certaine sympathie, le spectateur étant parfois invité à compatir non avec le politique mais avec l’humain. Si le récit parallèle des ambitions de Sergio offre des moments humoristiques, surtout au début, on peine finalement à voir où il veut en venir. Cette partie de l’histoire sert avant tout à offrir un regard extérieur sur Berlusconi, à montrer la fascination qu’il exerce sur les gens. Cependant, ce sentiment agit surtout dans le milieu «de la nuit» et de la fraude, l’image du politicien est donc mitigée. Partant d’une esthétique sulfureuse (nudité, drogue) et kitsch (image en kaléidoscope), de moments absurdes (séquence initiale avec le mouton) et d’un rythme parfois frénétique, Silvio et les autres s’achève sur une émotion, une sobriété et une lenteur dont le contraste avec ce qui précède est presque choquant. Cette évolution reflète la trajectoire de Berlusconi dans le film, passant de légende à la retraite à homme politique déchu. Davantage un portrait doux-amer qu’une critique virulente, Silvio et les autres, dont on déplorera les quelques longueurs, laisse le sentiment d’avoir entrebâillé la porte sur la figure Berlusconi sans avoir pu en saisir une vue d’ensemble.


Amandine Gachnang

Appréciations

Nom Notes
Amandine Gachnang 11
Sabrina Schwob 15