Sauvage

Affiche Sauvage
Réalisé par Camille Vidal-Naquet
Titre original Sauvage
Pays de production France
Année 2018
Durée
Musique Romain Trouillet
Genre Drame
Distributeur Sister Distribution
Acteurs Felix Maritaud, Eric Bernard, Nicolas Dibla, Philippe Ohrel, Mehdi Boudina, Pavle Dragas
Age légal 16 ans
Age suggéré 18 ans
N° cinéfeuilles 799
Bande annonce

Critique

Sauvage se penche sur le quotidien d’un jeune clochard insaisissable, qui ne cherche pas à fuir sa situation de prostitué, alternant passes et sessions de shoots au crack. Seule sa quête d’amour se retrouve contrariée dans cet environnement rugueux. Mais comment dompter l’amour quand on n’est soi-même qu’un être sauvage?

Le réalisateur Camille Vidal-Naquet raconte donc l’éternelle histoire du personnage à la nature inaliénable confronté au carcan de la société. Ce qui distingue Sauvage d’Un Indien dans la ville ou du Nouveau Monde, c’est son contexte: un vagabond sans toi(t) ni loi, évoluant dans le milieu de la prostitution gay. Dans cette atmosphère sordide, la naïveté et la générosité de ce paria détonnent.

C’est ce décalage entre la liberté insolente du personnage et son quotidien brutal, souvent violent et désabusé, qui intéresse le metteur en scène. Lorsque son héros évolue au sein de l’espace public, il le filme tel un documentariste animalier usant de gros zooms, afin de représenter l’animal farouche dans sa jungle. En revanche, dès qu’on bascule dans l’intime, la caméra se rapproche significativement, captant ainsi des scènes crues, également parsemées de rares moments de grâce et de tendresse. À ce titre, ces séquences réservées à un public averti ne sont ni complaisantes, ni vulgaires, affranchissant ainsi le film du label pornographique.

Au-delà de ce décalage surprenant, le récit ne propose pas grand-chose d’autre. Le film ne consiste qu’en une succession de rencontres et de désillusions un peu répétitives. On ne retrouve que trop rarement le génie de la première scène, à l’écriture et à la réalisation exemplaires. Certes, le charisme électrisant de l’acteur Félix Maritaud fascine, mais il dessert aussi la crédibilité de l’histoire, tant sa beauté et sa fraîcheur ne collent pas avec le profil du miséreux malade qu’il interprète. Qu’importe! On est plutôt sur le terrain de la fable, à l’image d’un épilogue traitant littéralement d’un retour à Mère Nature que Jean-Jacques Rousseau n’aurait pas renié.


Blaise Petitpierre

Appréciations

Nom Notes
Blaise Petitpierre 13
Philippe Thonney 7