Profil

Every Day

Affiche Every Day
Réalisé par Michael Sucsy
Titre original Every Day
Pays de production U.S.A.
Année 2017
Durée
Genre Drame, Fantastique, Romance
Distributeur Elite
Acteurs Maria Bello, Angourie Rice, Justice Smith, Owen Teague, Debby Ryan, Lucas Jade Zumann
Age légal 10 ans
Age suggéré 12 ans
N° cinéfeuilles 795
Bande annonce

Critique

Rhiannon (Angourie Rice) passe une journée merveilleuse avec son petit copain Justin (Justice Smith), ce qui n’était plus arrivé depuis longtemps. Seulement, le lendemain, Justin redevient le garçon égoïste et nonchalant qu’il est habituellement. Comment expliquer cette trop brève transformation?
Quelque temps plus tard, Rhiannon reçoit sa réponse: Justin a été l’hôte de A, un être incorporel qui occupe chaque jour un corps différent, toujours du même âge et dans la même région. A, dont la personnalité prend le dessus sur celle des gens qu’il/elle «possède», essaie alors de ne pas laisser de trace de son passage et de simplement faire en sorte que la journée de son hôte se déroule au mieux. La période d’incrédulité passée, Rhiannon se lie d’amitié puis d’amour avec A, et ce malgré les difficultés causées par l’incertitude des lendemains.
Every Day pose la question très intéressante de savoir ce qui détermine l’identité, mais aussi ce qu’on aime chez une personne. L’apparence compte-t-elle davantage que les pensées, les souvenirs, l’âme? Lorsque A demande à Rhiannon pourquoi elle sort avec Justin, ce qui l’intéresse chez lui, elle répond qu’il est «son genre»: «grand, mince, avec de belles épaules». Mais au fur et à mesure de l’histoire, en tombant petit à petit amoureuse de A, la jeune fille se rend compte que cela ne suffit pas, qu’il y a bien plus important, et que l’amour ne se résume pas à une attirance physique. Fille, garçon, grand, petit, aveugle, gros, maigre, etc., A est tout cela et rien de cela à la fois et pourtant il/elle reste le/la même. C’est cette essence qui plaît à l’héroïne, non pas son enveloppe extérieure en constant changement. Le film encourage ainsi à s’intéresser aux personnes pour ce qu’elles sont, ne pas s’arrêter au paraître, pour se définir soi-même comme pour aimer les autres.

L’idée des changements d’incarnation offre des situations dramatiques, comme lorsque A habite le corps scarifié d’une jeune fille suicidaire décidée à mettre fin à ses jours lorsque A la quittera, ou comiques, à l’instar de la journée où A se retrouve à «occuper» Rhiannon. Les personnages sont attachants et voir un même protagoniste joué par plusieurs acteurs très différents est une idée sympathique, qui rappelle le court métrage The Beauty Inside où une personne change de physique quotidiennement. On n’échappe pas à certaines scènes mièvres typiques des films pour adolescents et les règles qui régissent le mode de vie de A paraissent parfois un peu malléables afin d’adhérer à l’histoire, mais cela n’enlève rien au charme de ce film, qui présente, en plus de très beaux paysages forestiers, un message toujours galvanisant: il ne faut pas avoir peur d’être soi-même, de laisser une trace de notre individualité et d’apprécier la beauté intérieure des personnes autour de nous.


Amandine Gachnang

Appréciations

Nom Notes
Amandine Gachnang 16